Voilà la suite du merveilleux programme d’ani­ma­tion russe La Montagne aux joyaux, dont la première partie, La Balade de Babou­chka, est sortie le 5 décembre dernier. Les quatre nouvelles créa­tions de L’Ogre de la taïga reprennent le même esprit : présen­ter aux enfants, à partir d’un conte ou d’une légende locale, une portion de l’im­mense terri­toire russe, afin qu’ils en perçoivent la diver­sité cultu­relle. Chaque film est d’ailleurs précédé d’une présen­ta­tion de la région qu’il illustre. Mais, plus encore que la variété de l’âme slave, c’est une véri­table ode à l’in­tel­li­gence que ces quatre contes célèbrent : la ruse très effi­cace de la renarde, dans l’his­toire qui la marie à un chat glou­ton, la malice des trois chas­seurs avalés par un géant un peu stupide inca­pable de répondre à une devi­nette simple, la géné­ro­sité de la merveilleuse vache qui accom­pagne la pauvre petite Khavro­shka, une sorte de Cendrillon russe, et l’es­prit vif d’un bouc et d’un bélier capables de déjouer l’ap­pé­tit des loups, avec un humour stimu­lant. 

Chaque film, confié à une équipe de réali­sa­tion diffé­rente, brille par son univers visuel unique. Bien qu’u­ti­li­sant des tech­niques tradi­tion­nelles d’ani­ma­tion, les dessins sont modernes, styli­sés et origi­naux. Un programme de qualité aussi instruc­tif que dépay­sant, à décou­vrir sans tarder. 

Véro­nique Le Bris.