En adap­tant de manière resser­rée le drame roman­tique d’Al­fred de Musset, Michel Belle­tante fait de Loren­zac­cio un infil­tré qui fran­chit toutes les lignes pour désor­ga­ni­ser le crime mafieux, quitte à se prendre à son propre piège. 


Par Blan­dine Dauvi­laire, pour Grains de Sel n°77 – septembre 2012