À la mort du vieux meunier, son fils cadet, Hans, ne reçoit qu’un vieux chat en héri­tage, alors que ses frères héritent d’un moulin et d’un âne. Hans est sur le point de se fabriquer des gants en four­rure avec la peau de l’ani­mal lorsque le chat le convainc de lui ache­ter une paire de bottes à la place. Le chat aux bottes rouges permet­tra par la suite à Hans et ses frères d’amé­lio­rer dura­ble­ment leurs condi­tions de vie.