D’après le texte de Nico­las Gogol : Akaki hérite d’un manteau qui gran­dit avec lui et du goût de l’écri­tu­re…