Le concours de nouvelles jeunesse orga­nisé par Quais du Polar a pris fin le 29 mars dernier avec la remise de deux prix. Le jury, composé de l’au­teur Arnaud Almé­ras, de Quais du Polar et de Grains de Sel, à récom­pensé du prix Ecri­ture indi­vi­duelle le jeune Rémi Bollet pour sa nouvelle « Le mangeur de lettres ». Le prix de l’écri­ture en classe a été remis aux classes de 3e 1 et 2 du collège Clément Marot (Lyon 4e) dont nous repro­dui­sons les textes dans notre rubrique Bonus. 


L’In­croyable Ques­tion­neur

À l’aide de son scoo­ter et sa vitesse inima­gi­nable, l’In­croyable Ques­tion­neur traver­sait la ville en se frayant un passage entre les véhi­cules et les ruelles étroites afin de se rendre à la grande, belle et histo­rique biblio­thèque du quar­tier.

Ce super-héros n’est pas un simple bien­fai­teur, non, il est bien plus que cela. Quand il a appris que la char­mante biblio­thèque a été sacca­gée par un fauteur de troubles et que celui-ci avait fait dispa­raître toutes les lettres de tous les livres de cette biblio­thèque, ce super-justi­cier en fit une affaire person­nelle. Dévas­ter les livres, voler le savoir, la culture, le plai­sir de lire aux personnes qui se réfu­gient dans la lecture est inima­gi­nable pour l’In­croyable Ques­tion­neur.

Notre justi­cier enfonça les portes d’en­trée, et d’un pas décidé se hâta vers la salle de lecture. Il vit tous les livres ouverts à terre, couvrant le sol, leurs pages toutes blanches, sans âme. Il aperçut, au loin, une fenêtre cassée lais­sant derrière un indice de taille : un bout de tissu, oui, mais pas n’im­porte quel bout de tissu, la couleur froide, terne de la cape de l’en­nemi numéro 1 du super-Ques­tion­neur : l’Im­pi­toyable Vandale. Le Ques­tion­neur sauta à travers la fenêtre cassée, et vit le Vandale s’em­pa­rer de son effroyable pisto­let qui attire les lettres des livres une à une. Le malfai­teur dispa­rut.

Notre héros prit son scoo­ter, et alla à toute vitesse dans l’autre biblio­thèque de la ville. En entrant dans celle-ci, il tomba nez à nez avec son ennemi. Le Vandale s’en­fuit à toute vitesse mais notre héros le suivait de près ! À travers les rues, les avenues, esqui­vant les piétons, ces meilleurs enne­mis cherchent tous deux à en finir le plus vite possible. Le Vandale tenta une échap­pée en entrant dans le plus haut buil­ding de la ville. Il prit l’as­cen­seur et s’en­fuit au dernier étage.

Quand il arriva au dernier étage, il le vit, son pisto­let à la main, de dos, sans se douter que notre justi­cier était derrière. À une vitesse incroyable, le Ques­tion­neur l’at­trapa et essaya d’en savoir plus sur ses inten­tions.

Le Vandale lui expliqua que tous les livres qu’il avait écrits n’avaient jamais été aussi bien que les grands clas­siques que l’on peut trou­ver dans la biblio­thèque. Alors il décida de se venger. Notre héros eut un moment de faiblesse en voyant tous les regrets, la peine, la douleur de son ennemi.

Mais à cause de ce petit moment de faiblesse, le méchant put s’éloi­gner à une vitesse épous­tou­flante de notre héros, en lui avouant ses vraies inten­tions : il disait que les lettres ont toutes un pouvoir, une force ines­ti­mable et qu’en l’as­pi­rant, il pour­rait deve­nir bien plus rapide, futile et fort et qu’il pour­rait régner sur le monde entier.

Le Ques­tion­neur comprit alors que le destin de milliards de personnes inno­centes était entre ses mains, et que s’il ne l’ar­rê­tait pas, il allait s’en vouloir toute sa vie. En essayant de courir contre l’ef­froyable Vandale, notre Ques­tion­neur trébu­cha sur une dalle du toit, qui l’en­traîna dans une chute. Son cœur ralen­tis­sait, la peur de mourir l’en­va­hit. Il était dans le vide. Tombant à toute vitesse sur le sol. Seize étages étaient déjà dépas­sés et il allait bien­tôt s’écra­ser. Il ne manquait plus qu’un étage avant que notre héros ne puisse plus faire le bien. Quand soudain, un trou noir.

Tom se releva du sol et se rallon­gea dans son lit. L’en­fant rempli de rêves s’en­dor­mit et l’In­croyable Ques­tion­neur pour­sui­vit sa course contre le Vandale.

 

 Jérémy Perrin – Collège Clément-Marot 3e2