Immense succès en 1979, le conte musi­cal de Philippe Chatel n’était qu’une succes­sion de numé­ros chan­tés. S’ils en ont gardé les morceaux origi­naux, les deux réali­sa­teurs ont dû ici étof­fer l’his­toire et y ajou­ter de nombreuses péri­pé­ties. L’idée, notam­ment, que l’hor­rible sorcière vive au sein d’une cité post­in­dus­trielle – au lieu d’un château – se révèle moderne et astu­cieuse. Une cité sombre, abîmée par la rouille, que la petite Émilie et ses amis devront traver­ser pour sauver un rongeur kidnappé. Ce décor contraste habi­le­ment avec l’uni­vers buco­lique, joyeux et lumi­neux du pays des lapins bleus, dont les habi­tants (un oiseau philo­sophe, un héris­son boudeur, une autruche diva…) nous atten­drissent autant qu’ils nous font rire. Une jolie adap­ta­tion.

Laurent Djian, pour Grains de Sel n°69, octobre 2011.