Parler à notre intel­li­gence et à notre huma­nité, inter­ro­ger la ville dans son histoire collec­tive et indi­vi­duelle, tel est le credo du Rize, passion­nant lieu de culture et de mémoire à Villeur­banne. Jusqu’au 25 mai prochain, le Rize propose une expo­si­tion évène­ment inti­tu­lée Des maisons à Villeur­banne. La scéno­gra­phie ludique nous invite à déam­bu­ler dans un village de 9 maisons en volume et en couleurs, à hauteur d’adulte et d’en­fant.

Ferme en pisé, demeure bour­geoise, habi­tat ouvrier modeste, pavillon de lotis­se­ment, chaque maison témoigne d’une époque, des poli­tiques d’ur­ba­nisme, des rapports de classes sociales, du rêve d’être proprié­taire comme un abou­tis­se­ment, du désir d’un carré de jardin à soi… Comme dans un livre pop-up, les visi­teurs peuvent ouvrir des cases, tirer des languettes et décou­vrir des photos ou docu­ments d’ar­chives. Des témoi­gnages sonores recueillis auprès d’ha­bi­tants complètent de façon touchante ce dispo­si­tif, ainsi qu’un jeu de cubes à dépla­cer pour recons­ti­tuer une façade. Cette belle expo­si­tion a le mérite d’en­tre­croi­ser subti­le­ment une approche à la fois histo­rique, archi­tec­tu­rale, sociale et ethno­lo­gique de la maison. Elle nous dévoile aussi la dimen­sion ô combien affec­tive de l’ha­bi­tat.

Aude Spil­mont