Dans les années 1980, un cheval et son cava­lier ont dominé l’équi­ta­tion française et même mondiale. A priori pour­tant, Jappe­loup n’était taillé ni pour la compé­ti­tion ni pour le saut d’obs­tacles : petit, nerveux, râblé, il était indis­ci­pliné et indo­cile. Pierre Durand, son cava­lier, l’a d’abord traité par le mépris, avant de parve­nir à en tirer le meilleur. Des Cham­pion­nats de France aux Jeux olym­piques de Séoul, où ils décrochent la médaille d’or, ils ont formé ensemble le duo équestre le plus perfor­mant et le plus titré de l’équi­ta­tion française.  

Ce film hommage raconte par le menu et sans grande imagi­na­tion l’his­toire de Jappe­loup, depuis ses débuts jusqu’aux perfor­mances qu’il a parta­gées avec son cava­lier, tissant un lien indé­fec­tible pour le meilleur et parfois pour le pire. 

Il faut aimer le cheval pour digé­rer les 2h10 de vie dans les manèges, les haras, les sauts d’obs­tacles et les diverses compé­ti­tions qui s’en­chaînent. Pour les fans, Jappe­loup est un chapitre passion­nant, les autres se lasse­ront vite de cette plon­gée dans l’uni­vers équestre, et cela, même si c’est Guillaume Canet, ancien compé­ti­teur, qui a écrit le scéna­rio et qui joue le premier rôle, celui de Pierre Durand. 

 

Véro­nique Le Bris