Il y a un peu plus de dix ans, les enfants décou­vraient Sulli, énorme masse poilue bleue à pois roses, et son insé­pa­rable ami Bob, une boule sur pattes verte à un seul œil. Mais savez-vous seule­ment comment ils se sont rencon­trés ? Et comment ils sont deve­nus les meilleures terreurs d’élite de tous les temps ? C’est ce que raconte ce prequel (film d’avant le film).

Depuis qu’il est enfant, Bob a toujours voulu inté­grer Monstres & Cie, la fabrique qui recycle l’éner­gie géné­rée par les cris des enfants apeu­rés. Il a beau avoir un physique peu avan­ta­geux, il ne fait pas assez peur. Sulli, lui, est le descen­dant d’une lignée de terreurs d’élite, mais il est fainéant et peu motivé. À eux deux, ils vont fran­chir tous les obstacles que la célèbre Monstres Academy, l’uni­ver­sité de la terreur, va mettre sur leur route.

Si le premier film appe­lait une suite, était-il pour autant judi­cieux de reve­nir sur les fonde­ments de cette amitié ? Rien n’est moins sûr, car cela tue d’em­blée le suspens. Et comme le scéna­rio est un peu mou, que la succes­sion des étapes est conve­nue et que les gags ne sont pas tous drôles, on ne donne à Pixar qu’un petit satis­fe­cit. Peut mieux faire, donc !

Véro­nique Le Bris