À Lyon, la cité aux deux fleuves, les ponts font bel et bien partie de notre paysage. Nous les emprun­tons distrai­te­ment pour traver­ser le Rhône et la Saône, oubliant cepen­dant que derrière chacun de ces « ouvrages d’art » se cachent des histoires et des secrets de fabri­ca­tion. Comment ont-ils été conçus à travers les époques ? En quoi ont-ils boule­versé la vie des rive­rains ? C’est pour répondre à toutes ces ques­tions que l’as­so­cia­tion La Turbine a eu l’in­gé­nieuse idée de conce­voir un atelier inti­tulé « Tout le monde sur le pont ». Le week-end des 14 et 15 septembre, faites escale sur la Péniche Fargo. « À la croi­sée des sciences et de l’his­toire, cet atelier invite les enfants et leurs parents à se mettre dans la peau d’un concep­teur en construi­sant des maquettes », explique Michel Robiche, anima­teur du projet. À travers des repro­duc­tions de ponts de la région, ils pour­ront décou­vrir diffé­rents types de construc­tions, comme le pont en arc (pont Wilson) ou le fameux pont suspendu de Tour­non-sur-Rhône, qui inspira la réali­sa­tion d’autres chan­tiers en Europe. Son concep­teur, l’in­gé­nieur du cru Marc Seguin, montra l’ef­fi­ca­cité des câbles métal­liques pour résis­ter à la trac­tion. Pour les fonda­tions, il fut le premier à utili­ser un béton capable de durcir sous l’eau. Mais comment faisaient donc les ouvriers pour travailler sous l’eau ? Ils utili­saient tout bonne­ment des cloches de plon­gée (ancêtres du scaphandre) !

Aude Spil­mont