Recherche candi­dats moti­vés pour mission spatiale régio­na­le… débu­tants (même très jeunes) accep­tés. Inutile d’avoir des notes stra­to­sphé­riques en sport et en maths : présen­tez-vous à partir du 18 septembre au tout nouveau pas de tir de Saint-Étienne, base spatiale éphé­mère, restée secrète jusqu’à ce jour. 

Les appren­tis pilotes parti­ci­pe­ront à un programme d’en­traî­ne­ment inten­sif, instruc­tif et récréa­tif. Au menu de cette forma­tion accé­lé­rée, il y aura entre autres la construc­tion d’un cadran solaire (pour les 7–11 ans, au plané­ta­rium). 

Ce sera égale­ment l’oc­ca­sion, dans la cadre de la Foire de Saint-Étienne, d’em­barquer à bord du Sky Explo­rer, le simu­la­teur de vol astro­no­mique en 3D du plané­ta­rium, pour faire le tour de la lune et saluer les occu­pants de l’ISS. Ou parti­ci­per à un programme d’ex­pé­riences (dès 7 ans), comme simu­ler une rentrée atmo­sphé­rique ou faire lévi­ter un objet.

Avec l’as­so­cia­tion La Rotonde, faire décol­ler une fusée sera un jeu d’en­fant, moins coûteux  qu’un lance­ment d’Ariane, puisqu’il suffira de venir avec 2 bouteilles en plas­tique (de soda ou d’eau gazeuse) pour propul­ser l’en­gin dans l’in­fini des cieux (20 m) par la force de l’eau (parc Cour­riot le 25/09 unique­ment). 

Mais il y aura égale­ment des projec­tions, notam­ment le très kitchPlanète inter­dite et un film d’ani­ma­tion esto­nien, Le Secret de la pierre de lune (sortie natio­nale en 2014) en avant-première (dès 6 ans), un concert de musiques de films de science-fiction, des prêts de livres et de dvd pour parfaire sa forma­tion théo­rique.

Il n’est pas garanti que les jeunes visi­teurs mènent ensuite une carrière d’as­tro­naute, mais une chose est sûre, ils auront sûre­ment fait de belles décou­vertes scien­ti­fiques ainsi que litté­raires, théâ­trales, ciné­ma­to­gra­phiques, musi­ca­les… C’est déjà un beau voyage éclec­tique dans les étoiles.

Vincent Jadot