Dans une ferme paisible, où le jeune Kanuto apprend à deve­nir chien de berger, naît une portée d’agnelles plus belles les unes que les autres. La plus jeune est la seule noire. Reven­diquant haut et fort sa diffé­rence, douée d’un carac­tère entier, Blackie a une idée en tête dont elle ne démor­dra pas : elle veut aller sur la lune. Rien ne l’ar­rê­tera et surtout pas l’amour de Kanuto, qui fera tout pour l’ai­der à atteindre son but. 

Voici donc dans le même temps une comé­die et un film d’aven­ture pour les plus jeunes, où les person­nages ont des carac­tères bien trem­pés. Égoïstes, auto­ri­taires, capri­cieux… aucun n’est parfait, loin de là. Mais c’est ce qui les pousse à enfreindre les règles, à dépas­ser les limites et qui rend ce film sympa­thique. Le revers ? Le scéna­rio part un peu dans tous les sens, on s’égare parfois en suivant un peu trop les person­nages secon­daires. L’en­semble, s’il reste inven­tif et origi­nal, est donc un peu trop bavard et fouillis pour séduire complè­te­ment. Un peu comme les dessins d’ailleurs : si les moutons sont à croquer, les paysages mignons, certains person­nages sont vilains et cari­ca­tu­raux. Du bon et du moins bon, à l’image du film. 

Véro­nique Le Bris