Pendant les vacances de la Tous­saint, le festi­val « Les Toiles des gones » inves­tit 22 ciné­mas de l’ag­glo­mé­ra­tion pour un voyage extra­or­di­naire. Revue des surprises avec Alexan­dra Marti­nez, membre de la commis­sion jeune public du GRAC*. 

Comment défi­ni­riez-vous l’es­prit unique de Toiles des gones ? 

C’est un festi­val festif qui se déploie dans 22 salles de cinéma de proxi­mité et qui est spécia­le­ment dédié aux enfants de 2 à 10 ans. Nous souhai­tons leur faire décou­vrir des films qui ne sont pas forcé­ment en haut de l’af­fiche mais qui nous semblent de grande qualité et adap­tés à leur âge. Parmi ces films, il y a des nouveau­tés et de très beaux clas­siques. Nous avons même des programmes de courts métrages conçus pour des tout-petits, à partir de 18 mois. C’est magique de les voir venir pour la première fois au cinéma. Durant tout le festi­val, chaque salle se mobi­lise pour prolon­ger les séances avec des goûters, des ateliers, des anima­tions ou des discus­sions. 

Quel est le fil rouge de la program­ma­tion ?

Le fil rouge est un voyage en pays extra­or­di­naire. Les enfants sont invi­tés à faire une fabu­leuse et drola­tique balade dans le temps, avec un ciné concert proposé par l’ARFI autour de la réédi­tion des films Koko le clown. Côté clas­sique, ils pour­ront aussi décou­vrir une version en 3D du Magi­cien d’Oz. La program­ma­tion les entrai­nera égale­ment à la décou­verte d’autres cultures, notam­ment avec le manga Lettre à Momo d’Hi­royuki Okiura, un film tout en émotion et en poésie. Il y a aussi des voyages plus brefs mais tout aussi épatants. Je vous conseille Qui voilà, un programme réalisé par les studios Foli­mage, qui raconte des histoires inti­mistes à l’échelle du quoti­dien des tout-petits. 

Parmi les avant-premières, quelles sont les pépites ?

Je ne peux pas toutes les citer mais Loulou, l’in­croyable secret est un récit initia­tique jubi­la­toire et truffé de clins d’œil. Le film raconte l’his­toire d’un loup et d’un lapin insé­pa­rables qui débarquent au Festi­val de Carnes, le rendez-vous des plus grands carnas­siers du monde… Le Père Frimas est tout aussi facé­tieux et avec un vrai trait graphique. On attend enfin avec beau­coup d’im­pa­tience La Sorcière dans les airs, réalisé par les créa­teurs de Gruf­falo

Quelles sont les nouveau­tés côté anima­tion ?

Cette année, nous avons un parte­na­riat avec le musée Gadagne pour des anima­tions autour de la marion­nette. Un concours de dessin orga­nisé avec Grains de Sel permet­tra égale­ment aux enfants d’ima­gi­ner un pays extra­or­di­naire. 

Propos recueillis par Aude Spil­mont.