La Cité du choco­lat de Valrhona vient d’ou­vrir ses portes à Tain-l’Her­mi­tage (Drôme). N’écou­tant que notre courage, nous avons testé pour vous ce lieu ludique et péda­go­gique afin de comprendre ce qui se cache derrière les fameux carrés de choco­lat. 

Par Blan­dine Dauvi­laire.

 

Tel Char­lie Bucket décou­vrant la choco­la­te­rie de Willy Wonka, c’est le cœur battant que nous péné­trons dans l’élé­gant bâti­ment conçu par le célèbre choco­la­tier drômois. Installé entre Rhône et vignes depuis 1922, Valrhona, qui four­nit les grands noms de la gastro­no­mie à travers le monde ainsi que les gour­mets, a imaginé la Cité du choco­lat pour trans­mettre sa passion, valo­ri­ser le travail des arti­sans tout en éduquant le goût du plus grand nombre.  Programme allé­chant qui débute dès l’ac­cueil, avec la remise de six échan­tillons à dégus­ter dans des points stra­té­giques du parcours. Plus un ticket magique qui déclenche des distri­bu­teurs de… devi­nez quoi ! Aler­tés par la douce odeur de choco­lat chaud qui se répand dans le couloir, nos yeux s’ai­mantent soudain au mur sur lequel coulent des litres du précieux nectar. Inutile de lécher la vitre de protec­tion, la visite réserve quinze occa­sions de mettre en bouche des frian­dises. Sentir, ressen­tir, prendre du plai­sir sont les maîtres mots de cette cité gour­mande qui propose une cinquan­taine d’ex­pé­riences inédites.

Guidés par Lili & Zoco, mascottes du lieu, les enfants disposent d’un parcours à leur hauteur, équipé de bornes inter­ac­tives, ainsi que d’un livret-jeux. Apprendre à dégus­ter, iden­ti­fier diffé­rents arômes, sentir les textures du bout des doigts, tendre l’oreille… tous les sens sont aigui­sés. Parti­cu­liè­re­ment réus­sies, la scéno­gra­phie et les lumières douces plongent le visi­teur dans une ambiance chaleu­reuse. L’es­pace plan­ta­tion et ses cabosses sonores accro­chées aux troncs de cacaoyers invitent à voya­ger dans les pays produc­teurs de grands crus pour y décou­vrir le métier de plan­teur, cet agri­cul­teur des tropiques qui cultive les fèves. Il suffit ensuite de faire glis­ser son doigt sur le plani­sphère tactile pour remon­ter aux sources du choco­lat.

Trois fois par jour, un mini-atelier animé par un profes­sion­nel met les papilles du public à contri­bu­tion. La fabri­ca­tion du praliné suscite l’en­thou­siasme des parti­ci­pants qui ne se font pas prier pour finir le plat. On pénètre ensuite dans l’es­pace choco­la­te­rie où sont présen­tées toutes les phases de trans­for­ma­tion du cacao, depuis l’épier­rage-nettoyage jusqu’au moulage. Des échan­tillons de grué (éclats de fèves au goût amer) et de liqueur de cacao (pâte amère et acide) donnent une bonne idée du chemin qui reste à parcou­rir avant d’ob­te­nir la déli­cieuse tablette finale. Le Labo des chefs réserve encore d’autres surprises : déli­ca­te­ment sculp­tées en choco­lat, des œuvres d’art entourent une table en marbre tactile, sur laquelle chacun peut s’amu­ser à repro­duire les gestes des choco­la­tiers. Un petit conseil, suivez d’abord la démons­tra­tion vidéo du chef avant de commen­cer, ça vous évitera de mettre du choco­lat virtuel partout !

Avouons-le, il faudrait être bien diffi­cile pour ne pas savou­rer cette immer­sion choco­la­tée dont on ressort rassa­sié de connais­sances et de saveurs. En une 1h30, la Cité du choco­lat nous a dépay­sés et surtout fait comprendre que derrière chaque carré de choco­lat, il y a des hommes et des femmes, aux savoir-faire uniques, et que le cacao est un précieux trait d’union entre eux et nous.


À faire sur place

> Emprun­tez la ViaR­hona qui passe juste derrière la Cité du choco­lat. Cette voie verte qui reliera un jour le lac Léman à la Médi­ter­ra­née longe le Rhône et offre une très jolie balade à pied ou à vélo, acces­sible à tous. Loca­tion de vélos à l’of­fice du tourisme du pays de l’Her­mi­tage, à réser­ver quelques jours à l’avance au 04 75 08 06 81. Tarifs : de 7 EUR la ½ jour­née à 19 EUR le week-end, casque, anti­vol et siège bébé inclus.

> Profi­tez-en pour traver­ser la passe­relle Marc-Seguin qui enjambe le Rhône depuis le XIXe siècle et vous conduit en quelques pas à Tour­non, en Ardèche.

> Un peu plus spor­tif, le sentier pédestre qui traverse les vignes de la colline de l’Her­mi­tage permet de gagner la chapelle Saint-Chris­tophe, d’où la vue sur le Rhône sépa­rant la Drôme et l’Ar­dèche est abso­lu­ment magni­fique. Prévoir de bonnes chaus­sures.

 

Où déjeu­ner à Tain-l’Her­mi­tage ?

> Plat du jour et menu enfant au Café de Nice. 3, place Henri-Defer. Tél. 04 75 08 01 56.

> Plus élabo­rée, la cuisine du chef étoilé Michel Chabrand se décline en version bistrot chic au Quai. 17, rue Joseph-Péala. Tél. 04 75 07 05 90.

> Et pour les grandes occa­sions : Le Mange­vins. 6, avenue du Docteur-Paul-Durand. Tél. 04 75 07 73 85.

 

Où dormir à Tain-l’Her­mi­tage ?

> Situé en plein centre, l’hô­tel Les 2 Côteaux est idéal pour les familles qui veulent tout faire à pied. 18, rue Joseph-Péala. Tél. 04 75 08 33 01.

 

Prépa­rer son séjour

> Office de tourisme du pays de l’Her­mi­tage. Place du 8-Mai-1945, 26600 Tain-l’Her­mi­tage. Tél. 04 75 08 06 81. www.ot.paysher­mi­tage.com   

 

Les bons plans de la région

> Profi­tez des maga­sins d’usine de Marques Avenue, à Romans-sur-Isère (20 mn de Tain-l’Her­mi­tage), pour habiller toute la tribu à prix très doux. Les collec­tions sont celles de l’an­née précé­dente, vendues 30 % moins cher mini­mum, sans comp­ter les promos excep­tion­nelles et les soldes. Le bémol ? On ne sait jamais ce que l’on va trou­ver, mais on repart rare­ment les mains vides.

Nos enseignes préfé­rées pour les enfants (et parfois aussi les mamans) : Bensi­mon (tennis four­rées basses ou montantes dès la taille 24, vête­ments juniors dès 14 ans) ; Du Pareil au Même ; Marèse + Repetto + Teddy Smith + Ooxoo ; Little Marcel (dès 4 ans) ; Phare de la Baleine ; et l’im­mense boutique Petit Bateau que l’on déva­lise tant les prix sont attrac­tifs. Les ados fouinent chez Levi’s ou Le Temps des Cerises, tandis que les spor­tifs arpentent Nike, Puma et Le Coq Spor­tif avec le sourire. Marques Avenue : 60, avenue Gambetta, 26100 Romans-sur-Isère. Ouvert du lundi au samedi, de 10h à 19h. www.marque­sa­ve­nue.com