Un soupçon de Vatel, un zeste de Rata­touille et une pincée de Souris City. Voilà la recette allé­chante à l’ori­gine de cette légende de Despe­reaux, dans laquelle un rat très gour­met sème, malgré lui, la panique lors d’un buffet royal et plonge un royaume entier dans le plus profond désar­roi. Heureu­se­ment, une souris à grandes oreilles et au sang-froid redou­table va fina­le­ment l’ai­der à redon­ner vie et entrain à tout un royaume et déli­vrer de l’en­nui sa Prin­cesse aux petits pois. 

Adapté d’un récent best-seller améri­cain, ce film a malheu­reu­se­ment le travers de se perdre dans les situa­tions et surtout dans les person­nages. Très vite, on ne sait plus qui, du rat maladroit, de la souris dégour­die et aven­tu­reuse, ou encore de la prin­cesse coin­cée dans son donjon, mérite le plus notre atten­tion. L’his­toire se dilue et il n’est pas sûr que la soupe, élément chargé d’en tisser le lien, soit l’enjeu le plus enthou­sias­mant pour les enfants d’aujourd’­hui. Enfin, les images ont une pâleur numé­rique très marquée, et les héros, canton­nés à l’uni­vers moyen­âgeux, ne sont pas assez bien dessi­nés pour être atta­chants. 

Véro­nique Le Bris pour Grains de Sel n°47, février 2099