Coup de chapeau au musée Dini de Ville­franche, qui présente l’une des plus belles expo­si­tions de l’hi­ver. En 210 œuvres, essen­tiel­le­ment des tableaux prove­nant de la collec­tion perma­nente et de prêts excep­tion­nels, Les Lyon­nais rencontrent l’Orient reflète la fasci­na­tion des artistes du XIXe siècle pour ces terres exotiques. Si certains, partis décou­vrir les pays du Magh­reb et d’Ex­trême-Orient, ont été profon­dé­ment influen­cés par cette expé­rience, d’autres se sont conten­tés de fantas­mer l’Orient depuis leur atelier lyon­nais. L’ac­cro­chage fait dialo­guer ces toiles gorgées de couleurs chaudes, habi­tées de silhouettes sensuelles. 

Gaston-Casi­mir Saint-Pierre ouvre la marche avec son Odalisque couchée, Félix Ziem dévoile Cons­tan­ti­nople, Jean Seigne­mar­tin capture la vita­lité des ruelles d’Al­ger, Jules Migon­ney resti­tue l’am­biance des bains maures, Marie Caire-Tonoir livre une série de portraits de femmes qui nous happent, Eugène Villon trace d’éblouis­santes aqua­relles, et bien d’autres merveilles signées Appian, Mains­sieux, Marquet et même Matisse. Un enchan­te­ment.

Blan­dine Dauvi­laire