Mékano n’a qu’une obses­sion dans son boulot : remon­ter sans cesse les rouages du temps pour qu’il ne s’ar­rête jamais…