Un film direc­te­ment inscrit dans l’uni­vers des jeux vidéo, rien que sur le papier, le nouveau Disney de Noël a de quoi séduire. Sauf que le héros n’est ni Mario ni Sonic mais Ralph-la-Casse, un méchant issu des années 80, époque des premiers jeux sur écran. Ralph en a plus que marre d’être le mal-aimé, celui qu’on oublie d’in­vi­ter aux fêtes et qu’on remarque à peine. Il s’en­fuit de son jeu et veut réali­ser un exploit pour qu’on le regarde enfin autre­ment. Dans les longs méandres infor­ma­tiques, il va rencon­trer de nombreux person­nages et s’aper­ce­voir que son sort est plus enviable qu’il en a l’air… Ce n’est pas tant pour la morale (chacun mérite consi­dé­ra­tion) que ce nouveau Disney vaut le détour. Mais parce qu’il s’im­merge complè­te­ment dans un univers qui est devenu une des distrac­tions favo­rites des jeunes géné­ra­tions. En choi­sis­sant de mettre en scène les ancêtres des Wii et autres Game­boy, les réali­sa­teurs font un clin d’œil habile aux enfants, en leur montrant un monde qui n’existe plus mais dont leurs parents ont été des consom­ma­teurs parfois compul­sifs. Et pour que les plus jeunes ne se perdent pas au fil de l’aven­ture incroyable (et un peu longue) de Ralph, ils retrou­ve­ront tout au long du film un grand nombre de réfé­rences à leurs héros actuels, à Mario Kart notam­ment lors de la longue pour­suite fina­le…  

Véro­nique Le Bris