> Le festi­val Jazz à Vienne a eu la riche idée, en 2012, de comman­der une adap­ta­tion origi­nale de Pierre et le loup au grand orchestre de jazz The amazing keys­tone jazz big band. Sous la direc­tion de Bastien Ballaz, Frédé­ric Nardin, Jon Boutel­lier et David Enhco, les dix-huit musi­ciens ont donné nais­sance à Pierre et le loup… et le jazz (voir p.21). 

Dans cette version revi­si­tée, non seule­ment le texte inté­gral de Proko­fiev est conté par la voix de Denis Poda­ly­dès, mais la fine équipe en profite pour initier le public au fonc­tion­ne­ment d’un grand orchestre de jazz (aussi appelé big band). Comme il se doit, les person­nages de l’his­toire sont incar­nés par les instru­ments : la section des cordes (piano/contre­basse/guitare) pour Pierre ; la flûte traver­sière et les trom­pettes pour l’oi­seau ; les trom­bones pour le loup, etc.

En prime, avec beau­coup d’hu­mour, le spec­tacle évoque l’his­toire du jazz et ses diffé­rents  styles : New Orleans, be bop, cool, funk, hip-hop, rock… Une décou­verte ludique de la musique clas­sique et de l’un de ses plus grands chefs-d’œuvre.

> Autre concert à ne pas manquer (dès 7 ans) : En route pour l’Amé­rique. Guidés par Pierre-Alain Braye-Weppe, les enfants découvrent la Sympho­nie « Du nouveau monde »d’An­to­nin Dvorák, inter­pré­tée par l’or­chestre natio­nal de Lyon. 

Blan­dine Dauvi­laire