Torben a tout pour être une belle pomme rouge de table. Accro­chée à sa branche, elle mûrit déli­ca­te­ment et attend son jour avec impa­tience, sûre de sa qualité. Plus que quelques jours… C’est préci­sé­ment ce moment que choi­sit Sylvia pour y élire domi­cile. Sylvia est un ver, elle a besoin d’être accueillie par une pomme pour deve­nir un papillon. Tous les espoirs de Torben s’écroulent alors. La belle pomme est chas­sée sans ména­ge­ment de son arbre et doit trou­ver un nouveau sens à sa vie, habi­tée par Sylvia, dont elle veut à tout prix se débar­ras­ser, et bien­tôt rejointe par une pomme-poire et une cerise chan­tante. L’aven­ture ne fait que commen­cer…

Dès les premières images, ce dessin animé s’an­nonce comme une belle promesse. La caméra s’est glis­sée au milieu des branches du pommier et raconte sa vie intime comme si l’on y était. Les person­nages sont extrê­me­ment origi­naux mais dessi­nés simple­ment et ont une façon directe de s’ex­pri­mer. Pas de mièvre­rie ici, quand la pomme et son ver s’af­frontent, c’est pour de vrai ! La morale de l’his­toire, plutôt atten­due, n’en demeure pas moins vraie : la vie est une succes­sion de coups durs et de bonheurs. À chacun d’en tirer le meilleur, et il n’est jamais trop tôt pour l’ap­prendre ! 

Véro­nique Le Bris.