Depuis dix ans, la compa­gnie Teatro­dis­tinto, basée à Ales­san­dria (entre Turin et Gênes), privi­lé­gie un théâtre de mime plus que de mots, un style épuré et très poétique. Repo­sant entiè­re­ment sur le duo formé par Daniel Gol et Ales­san­dro Nosotti, comé­diens formi­da­ble­ment expres­sifs et complices, chacun des spec­tacles explore une facette de la rela­tion à l’autre. En 2011 et 2012, nous les avions décou­verts au TNG avec Compa­gni di Banco (Cama­rades de classe), hymne aux liens indé­fec­tibles de l’en­fance qu’ils ravi­vaient en utili­sant toute la palette des émotions. Les voici de retour avec trois petites formes perti­nentes.

> Le Jeu du loup (dès 6 ans) : un prince accom­pa­gné de son major­dome veut jouer au loup, saura-t-il respec­ter les règles du jeu ? Comment réagir lorsque l’agres­si­vité pointe le bout de son nez ? Avec humour et finesse, les comé­diens mettent en lumière les racines de la violence.

> Le Mouton noir (dès 8 ans) : au sein d’un trou­peau imma­culé, un mouton bico­lore fait son appa­ri­tion. D’abord stupé­fait, le groupe va rapi­de­ment se détour­ner de cette brebis galeuse. Comment faire pour s’in­té­grer ? Qu’est-ce que la norma­lité ? En mani­pu­lant de petits animaux en plas­tique, Daniel Gol et Ales­san­dro Nosotti nous parlent de tolé­rance et de diver­sité.  

> Kish Kush – Traces d’une rencontre (dès 4 ans) : dans un dispo­si­tif scénique origi­nal, deux person­nages entrent en contact. Grâce aux jeux d’ombres et d’objets, ils apprennent à se connaître sans parta­ger la même langue. À quoi ressemble l’étran­ger ? Est-il diffé­rent de moi ? Que pouvons-nous parta­ger ? Par petites touches, ce spec­tacle invite à dépas­ser la crainte pour accep­ter les diffé­rences.

Blan­dine Dauvi­laire