C’est à une drôle de chevau­chée que nous invite le musée d’Art contem­po­rain de Lyon, qui consacre une expo­si­tion à la poétique de la moto. Il y est bien ques­tion de bécanes et de motards, de blou­sons avec un aigle sur le dos. Mais au-delà des stéréo­types, c’est surtout à l’ex­plo­ra­tion d’une culture visuelle et senso­rielle que nous convie le MAC, à travers 200 œuvres de 42 artistes. Ludique, cette expo­si­tion se prête volon­tiers à une déam­bu­la­tion avec les enfants. Pourquoi donc ce cheval de fer et son cava­lier le biker exercent-ils tant de fasci­na­tion sur les artistes ? La réponse nous est offerte tout au long du parcours, qui mêle instal­la­tions plas­tiques, vidéos, dispo­si­tifs sonores et odeur d’huile : parce que la moto est le symbole de la vie qui pulse et véhi­cule des idées de liberté et d’ivresse de la vitesse. À décou­vrir notam­ment, les très belles photo­gra­phies de Tuomo Manni­nen, qui mettent en scène l’as­pect fédé­ra­teur de la moto. Les bikers ont le sens du collec­tif et de la théâ­tra­lité. À voir aussi, l’ins­tal­la­tion de Myriam Mechita, qui propose une méta­phore roman­tique de la moto avec une Yamaha dotée d’une traîne de perles, comme de la pous­sière. Les sculp­tures de Chris Gilmour sont égale­ment de petits bijoux de poésie et les vidéos de Janet Biggs nous racontent un road movie qui conjugue vitesse et explo­ra­tion d’un extrême géogra­phique. Le moteur du motard est aussi celui de la fureur de vivre. 
 
Aude Spil­mont 

+ Atelier pour les 6/10 ans le samedi à 15h30 pour inven­ter les machines du futur. Studio des ados les 12, 13 et 14/03. Rensei­gne­ments et inscrip­tions au 04 72 69 17 19.