Grande fête du Cinéma d’ani­ma­tion, renais­sance du musée des beaux-arts et bonnes adresses gour­man­des… C’est le moment d’al­ler faire un tour à Valence. Par Blan­dine Dauvi­laire.

 

 

Musée de Valence : une renais­sance

Rénové et super­be­ment agrandi par l’ar­chi­tecte Jean-Paul Philip­pon, le musée des Beaux-Arts et d’Ar­chéo­lo­gie de Valence déploie désor­mais ses collec­tions sur 5 750 m2. Installé dans l’an­cien palais épis­co­pal, au cœur du quar­tier histo­rique, il s’est enri­chi d’un belvé­dère offrant une vue excep­tion­nelle sur le Rhône et le Vercors. Mais c’est avant tout pour ses collec­tions (plus de 20 000 œuvres), courant de la préhis­toire à nos jours, que les visi­teurs font un détour. Notam­ment les dessins et pein­tures d’Hu­bert Robert, célèbre paysa­giste du XVIIIe siècle, dont le musée possède la troi­sième collec­tion au monde avec celles du Louvre à Paris et du musée de l’Er­mi­tage à Saint-Péters­bourg. Ce concen­tré d’his­toire et d’art dans un bâti­ment à taille humaine fait la joie des familles. 

Musée de Valence

4, place des Ormeaux, Valence. www.musee­de­va­lence.fr 

Prochaine expo­si­tion : « De Gains­bo­rough à Turner, l’âge d’or du paysage et du portrait anglais dans les collec­tions du Louvre », du 28/06 au 29/09/2014.

À voir à Valence

 

> Le kiosque Peynet. Peu le savent, c’est pour­tant ici que Raymond Peynet réalisa en 1942 son célèbre dessin des Amou­reux, immor­ta­li­sant à la fois le kiosque à musique valen­ti­nois et le couple qui s’y abri­tait. Si ces amou­reux ont cédé la place à d’autres, le kiosque roman­tique classé monu­ment histo­rique est toujours là, offrant une vue déga­gée sur la vallée et la falaise de Crus­sol. Espla­nade du Champ-de-Mars.

 

Se bala­der

 

> Valence a conservé ses canaux datant de l’époque romaine. Une partie coule encore à ciel ouvert sur envi­ron 17 kilo­mètres. Ces espaces préser­vés abritent une faune et une flore éton­nantes en pleine ville. À décou­vrir à pied. Itiné­raire : http://www.valen­ce­tou­risme.com/vvg/rando.html

 

 

Où grigno­ter à Valence

 

> Boulan­ge­rie Nivon : pour goûter les spécia­li­tés de la Drôme comme la pogne (brioche à la fleur d’oran­ger), le suisse (sablé parfumé à l’orange) ou la fleur de nougat (brioche four­rée au nougat). 17, avenue Pierre-Semard.

> Pâtis­se­rie Guillet : pour ses choco­lats, maca­rons et gâteaux extra-frais. 1, place du Champ-de-Mars.

> Restau­rant Jack and Jill : cuisine simple et produits frais à prix doux. 236, avenue Victor-Hugo. Tél. 04 75 44 39 31.

> Restau­rant Chez Grand-Mère : une adresse au cadre rétro où les plats tradi­tion­nels sont servis comme à la maison. 3, place de la Pierre. Tél. 04 75 62 09 98.

 

Où dormir à Valence

 

> Hôtel Les Négo­ciants** : un bon rapport qualité/prix à deux pas du musée de Valence. 27, avenue Pierre-Semard. Tél. 04 75 44 01 86. Tarif : dès 45 €. www.hotel­va­lence.com

> Hôtel de France*** : une valeur sûre située en plein centre-ville. 16, boule­vard du Géné­ral-De-Gaulle. Tél. 04 75 43 00 87. Tarif : dès 90 €. www.hotel-valence.com