Le grand écart théâ­tral

Atta­chée au réper­toire et aux reprises de pièces phares, dotée d’une troupe perma­nente et d’un budget consé­quent (10 millions d’eu­ros), la célèbre insti­tu­tion affirme son ambi­tion de service public. Cette saison encore, elle alterne grandes distri­bu­tions, parfois spec­ta­cu­laires, et  perfor­mances en solo souvent épurées.

L’up­per­cut

• Joël Pomme­rat frappe fort et nous laisse sonnés avec une Cendrillonréin­ven­tée, qui porte le poids culpa­bi­li­sant du souve­nir et affronte la cruauté d’une belle-mère qui refuse de vieillir. Sa rencontre avec un prince naïf en mal de mère ne s’achè­vera pas par un mariage, mais permet­tra à ces deux oiseaux bles­sés de poser des mots sur leurs maux. Une pièce poignante, très loin de la version de Walt Disney. (En mars, dès 10 ans)

On ne s’en lasse pas

• Tota­le­ment habi­tée par son rôle, Juliette Rizoud fait de La Jeanne de Delteil un fabu­leux moment de théâtre. Seule en scène, elle retrace l’épo­pée de Jeanne d’Arc, de la nais­sance jusqu’au bûcher, en utili­sant tous les acces­soires à sa portée. L’adap­ta­tion de Jean-Pierre Jour­dain et la mise en scène de Chris­tian Schia­retti sont tout simple­ment parfaites. (En décembre, dès 12/13 ans) • Le retour du Cirque invi­sible de Victo­ria Chaplin et Jean-Baptiste Thier­rée (voir p.16) va faire des heureux chez les graines de poètes.

Éton­nantes décou­vertes

• Gérard Noiriel et Marcel Bozon­net rendent un hommage mérité àChoco­lat, clown nègre, premier artiste noir de la scène française qui connut la gloire et mourut dans l’in­dif­fé­rence géné­rale. (En novembre, dès 12 ans, spec­tacle présenté au TNG) • Dans un tout autre genre et repo­sant entiè­re­ment sur Cyril Casmèze, comé­dien-acro­bate zoomorphe, Un grand singe à l’Aca­dé­mie, d’après Kafka, raconte le passé de singe d’un homme devenu civi­lisé. Un spec­tacle étrange, drôle et profond. (En mars, dès 13 ans)

Dossier cultu­rel de rentrée, septembre 2013.

Blan­dine Dauvi­laire.