Au départ, personne ne donnait cher de sa peau. Pour­tant, voilà déjà 10 ans que Quais du polar a su s’im­po­ser comme le plus grand festi­val du genre en France, fréquenté par les meilleures gâchettes du roman noir. Pour fêter cet anni­ver­saire, du 4 au 6 avril prochains, Quais du polar dégai­nera du lourd avec 70 auteurs invi­tés. Des poin­tures et des chou­chous qui ont marqué les éditions précé­dentes seront de retour : R.J. Ellory, Deon Meyer, Craig John­son, Franck Thil­liez… De nouveaux auteurs seront aussi de la partie, comme le très attendu James Ellroy. Rencontres au sommet, confé­rences, les parents seront servis.

Mais Quais du polar ne négli­gera pas pour autant les plus jeunes. Dans le QG du festi­val, au Palais du commerce, les petits lecteurs pour­ront appro­cher Bertrand Puard (l’au­teur de la série « Les effa­cés ») et Didier Lévy (pour À la recherche de Shen Shan chez Sarba­cane). Ainsi que des plumes qui écrivent pour les adultes comme pour la jeunesse : Camilla Läck­berg, Marin Ledun, Romain Slocombe, Tim Willocks, Caryl Férey, Serge Quadrup­pani, Didier Daenin­ckx. À l’es­pace Lumière, les enfants pour­ront parti­ci­per à des ateliers scien­ti­fiques avec Les Petits Débrouillards, jouer avec Croc’aux Jeux et mener l’enquête avec Grains de Sel. Leur défi ? Aider l’ins­pec­teur La Boulette à décou­vrir qui a empoi­sonné le gâteau d’an­ni­ver­saire de Quais du polar. Il va falloir cuisi­ner les suspects et exami­ner la pièce montée à convic­tion ! Nouveauté cette année, l’hô­tel de ville sera le théâtre d’ani­ma­tions : parents et enfants pour­ront s’exer­cer à la pratique litté­raire du cadavre exquis, conce­voir un pop-up et réali­ser une BD.

Autre grande première, le Tobog­gan de Décines célè­brera la compli­cité entre polar et cinéma avec une projec­tion du film d’ani­ma­tion Les Trois Brigands, adapté du conte de Tomi Unge­rer. À ne pas manquer enfin, la très courue enquête urbaine à mener en famille. Autour d’une sombre histoire de diamants, elle vous conduira à la recherche d’in­dices dans le Vieux-Lyon et la presqu’île. De flagrants délires en pers­pec­tive !

Aude Spil­mont