Dédié aux adoles­cents, le festi­val Géné­ra­tion buzz ! a cette année pour fil conduc­teur le combat. Qu’il soit inté­rieur ou qu’il déchire les hommes, ce thème traverse les trois spec­tacles program­més :

• Danbé : à partir de l’his­toire d’Aya Cissoko (cham­pionne du monde de boxe au parcours jalonné d’épreuves), écrite avec Marie Desple­chin, la compa­gnie (Mic)zzaj a conçu un concert narra­tif sous casque d’une grande force. Grâce aux dispo­si­tifs indi­vi­duels, chaque spec­ta­teur accueille dans le creux de l’oreille le récit de la comé­dienne, accom­pa­gnée en direct par deux musi­ciens brui­teurs. Cette mise en condi­tion décuple les émotions et donne au spec­tacle une dimen­sion plus intime. Une expé­rience unique.

• Sympho­nie drama­tique : la compa­gnie québé­coise Cas Public s’em­pare avec éner­gie de l’his­toire deRoméo et Juliette. Elle livre une version dansée qui s’in­té­resse davan­tage aux conflits entre les familles qu’à la dimen­sion amou­reuse. Portés par les musiques de Gounod, Tchaï­kovski, Proko­fiev et bien d’autres, les inter­prètes offrent un vibrant hommage aux amants de Vérone.

• Je marche dans la nuit : après une violente dispute avec son père, Gus part vivre à la campagne chez son grand-père. Le vieil homme et l’ado­les­cent vont peu à peu s’ap­pri­voi­ser, l’aïeul confiera même à son petit-fils ses souve­nirs de la guerre d’Al­gé­rie et le doulou­reux secret qu’il abrite depuis. Un texte poignant écrit et mis en scène par Ahmed Madani. 

Blan­dine Dauvi­laire