Tout un programme de courts-métrages consa­crés à la carotte : il fallait y penser et le résul­tat est succu­lent ! Le premier film, qui aborde le sujet de la gour­man­dise et de la pénu­rie de « confi­ture de carottes », offre même une recette à réali­ser chez soi. Le deuxième, inspiré d’un conte russe, décrit, dans un décor épuré et sans paroles, l’en­traide fami­liale néces­saire pour réus­sir à arra­cher une « carotte géante ». Le suivant, plus clas­sique dans son dessin et dans son inten­tion, vante le bonheur de parta­ger son repas avec ses amis.

 

Mais le clou du programme arrive à la fin et raconte la rencontre entre un écureuil et un lapin, leurs diffé­rends culi­naires et olfac­tifs. L’un aime les noisettes, l’autre les carottes, et s’ils sont tous les deux d’ex­cel­lents cuisi­niers, ils se lassent des mets préfé­rés de l’autre, en chan­tant, mais vont jusqu’à se fâcher. Pour­tant, quand l’un est menacé, l’autre a du remords et vient lui porter secours. Joyeux, enlevé, ce petit film riche en suspens et en rebon­dis­se­ments est bien allé­chant… Il ne manque que l’odeur pour qu’on s’y lèche les babines avec gour­man­dise !

Véro­nique Le Bris