Cham­pion olym­pique, prix Nobel de physique, busi­ness­man avisé, M. Peabody a tous les talents. Depuis le plus bel appar­te­ment de New York, où il réside, il s’est donné un nouveau défi : deve­nir père. Et ce n’est sans doute pas ce qu’il a surmonté de plus simple. Sher­man, son fils, n’est pour­tant pas un enfant très diffi­cile. Mais M. Peabody est un chien… 

Adapté d’une série télé­vi­sée améri­caine du début des années 1960, M. Peabody et Sher­man est un dessin animé complè­te­ment déli­rant. Non seule­ment le héros est un chien savant, plus qu’in­tel­li­gent et en même temps bien plus humain qu’il n’y paraît, mais la machine à explo­rer l’es­pace-temps qu’il a construite les emmène, son fils et lui, dans des aven­tures très drôles. Ça commence par une relec­ture de la Révo­lu­tion française et de la Terreur, qui devrait récon­ci­lier avec l’his­toire même les enfants les plus récal­ci­trants. 

Pour ceux qui manient l’an­glais aisé­ment, n’hé­si­tez pas à voir le film en V.O., car les dialogues sont bour­rés de jeux de mots diffi­ci­le­ment tradui­sibles en français

Véro­nique Le Bris