Ceux qui ont grandi dans les années 70 se souviennent avec émotion des premières photos instan­ta­nées couleur. Ressus­cité en 2011, le Pola­roid et ses pelli­cules magiques fédèrent une commu­nauté de passion­nés très active. Ceux-ci ont créé l’an dernier « Expo­la­roid, le mois du Pola­roid et du film instan­tané », dont la deuxième édition va faire du bruit un peu partout en France et à l’étran­ger. Grâce à la photo­graphe Auré­lie Oddoux, Lyon fera partie des plates-formes incon­tour­nables. Parmi la multi­tude d’évé­ne­ments prévus, nous vous conseillons :

• D’ar­pen­ter la rue René-Leynaud dont les gale­ries, cafés et restau­rants vont jouer le jeu à fond (expo­si­tions, présen­ta­tion d’ap­pa­reils vintage, ateliers, défi­lés, safari, happe­ning, surpri­ses…).

• De pous­ser la porte de la gale­rie l’Abat-Jour, où sont réunis les travaux photo­gra­phiques de Virgi­nie Plau­chut, Nico­las Poizot, Maxime Simon et Guillaume Ducreux.

• De faire la connais­sance du collec­tif graphique Kolle-Bolle, qui propose une expo­si­tion/instal­la­tion de Pola­roid « ratés ».

• De faire une pause au Café Cousu où s’af­fichent, en une centaine de clichés, les habi­tants du quar­tier qui se sont fait « pola­roi­der » . 

• De retrou­ver Alain Guille­maud au nouveau palais de justice où sont accro­chés ses Pola­roid origi­naux (50 × 60 cm) et Pola­roid SX70 impri­més sur du papier fine art.

• De prendre part, le 19/04, au rallye Pola­roid : à partir d’un thème imposé, les parti­ci­pants équi­pés d’un appa­reil et d’une pelli­cule doivent faire preuve d’ori­gi­na­lité (sur inscrip­tion, 10 €).

• De tester l’ate­lier de trans­fert de Pola­roid sur diffé­rents supports (12 €, sur inscrip­tion).

• D’ajou­ter son propre Pola au mur parti­ci­pa­tif réalisé par l’équipe d’En App’ART Et, qui orga­nise des expos éphé­mères chez les parti­cu­liers. Pour connaître le lieu et rece­voir son invi­ta­tion, envoyer un mail à [email protected]­nap­par­tet.com

Blan­dine Dauvi­laire