En quelques années, la jour­née portes ouvertes de l’opéra de Lyon est deve­nue l’un des rendez-vous les plus courus de la ville. Pourquoi ? Parce que c’est l’oc­ca­sion ou jamais de décou­vrir gratui­te­ment tous les secrets de ce bel édifice, de s’ini­tier aux métiers du spec­tacle, de parta­ger des ateliers et des fous rires avec une ribam­belle d’autres enfants, ados ou adultes venus jouer les artistes d’un jour. Impos­sible d’énu­mé­rer toutes les anima­tions program­mées tant elles sont variées (n’ou­bliez surtout pas de réser­ver), sachez néan­moins que vous pour­rez : chan­ter avec les enfants de la Maîtrise sous la direc­tion de Karine Loca­telli, accom­pa­gnés par le piano de Grégory Kirche (dès 5 ans) ; assis­ter au concert La Boîte à joujoux donné par les musi­ciens de l’or­chestre, diri­gés par le chef Philippe Forget (dès 5 ans) ; tenter de recon­naître les airs joués par le clari­net­tiste Sergio Menozzi (de 6 à 12 ans) ; faire la connais­sance des contre­bas­sistes et de leur instru­ment (dès 10 ans) ; chan­ter sous la direc­tion du chef de chœur de l’opéra (dès 15 ans) et vous produire le soir sur la grande scène ; prendre part à un atelier dansé avec une ancienne danseuse de la maison (dès 5 ans) ; perfec­tion­ner votre tech­nique hip-hop (dès 8 ans) ; assis­ter aux répé­ti­tions publiques du ballet ; être membre d’un karaoké lyrique (dès 15 ans) ; visi­ter les loges des solistes, le grand studio du ballet, admi­rer les costumes, et finir la soirée avec l’or­chestre Cumbia Ya ! lors d’un bal caliente célé­brant les rythmes colom­biens. Quelle jour­née ! 

Blan­dine Dauvi­laire