Les S’ta­zu­nis d’Alexan­dra N’Pos­see est un spec­tacle qui donne une folle envie de danser. D’abord grâce à la bande-son, qui balaie plusieurs courants made in USA, mais surtout grâce à l’éner­gie des danseurs de la compa­gnie. Ensemble, ils s’in­ter­rogent sur le mythe améri­cain, ce qui demeure aujourd’­hui de cette culture idéa­li­sée et l’in­fluence qu’elle peut avoir sur la jeune géné­ra­tion issue des banlieues françaises. Truf­fée de réfé­rences ciné­ma­to­gra­phiques, l’œuvre alterne les tableaux de groupe ponc­tués d’hu­mour et les séquences plus inti­mistes où les corps sont sculp­tés par la lumière. La gestuelle est fluide, élégante et la joie de danser percep­tible. Les plus grands appré­cie­ront la version hip-hop de West Side Story, qui donne un joli coup de frais à l’ori­gi­nale. Very good trip !   

Blan­dine Dauvi­laire