Pour sa nouvelle colla­bo­ra­tion avec la marion­net­tiste Laurie Cannac, Ilka Schön­bein a choisi de s’ins­pi­rer de La Petite Sirène d’An­der­sen. Dans cette relec­ture non édul­co­rée, l’hé­roïne n’est pas dessi­née par les studios Disney. Déchi­rée entre son corps de pois­son et son cœur de femme, elle choi­sit de se muti­ler pour rejoindre l’être aimé. Assu­mer sa diffé­rence, se trans­for­mer pour être accepté par l’autre au risque de se perdre… Autant de thèmes qui traversent Queue de pois­sonne, œuvre forte portée par une poignée de marion­nettes singu­lières.  

 

Blan­dine Dauvi­laire