Lotte est une petite intré­pide et bien maligne. Quand elle découvre que son oncle possède une pierre grise en forme de triangle qui suscite la convoi­tise, elle cherche tout de suite à en savoir plus. En fait, il n’y a pas une mais trois pierres, de formes et de couleurs diffé­rentes, qui doivent abso­lu­ment être réunies pour résoudre un mystère. 

Voici donc Lotte et son oncle partis à la recherche des pierres manquantes. Mais ils ne sont pas les seuls à les vouloir à tout prix. Et leur quête est semée de telle­ment d’em­bûches qu’on se demande s’ils y parvien­dront ou non. 

Plus qu’à une histoire tradi­tion­nelle, c’est à une véri­table aven­ture que nous convie Lotte, une héroïne très popu­laire en Esto­nie et dans toute une partie de l’Eu­rope, grâce à la télé­vi­sion. Issue d’une famille loufoque – son père est inven­teur, son oncle, un marchand de sable origi­nal -, elle ressemble un peu à un chien mais n’est pas un animal iden­ti­fié. En revanche, elle est intel­li­gente, enjouée et dyna­mique. 

C’est elle le moteur de cette épopée riche de très belles idées (le laby­rinthe de la pluie, le monde des rêves…) mais dont l’es­thé­tique et certains écarts de scéna­rio ne sont pas toujours très heureux. 

Véro­nique Le Bris