Olivier Py est un artiste qui s’en­gage, et pas seule­ment en poli­tique. Pour sa première saison en tant que direc­teur du Festi­val d’Avi­gnon, il a souhaité envoyer un signal fort aux spec­ta­teurs et aux insti­tu­tions, en propo­sant un cycle jeune public à la chapelle des Péni­tents-Blancs. « C’est une manière de montrer au public que le théâtre reste popu­laire, car le théâtre pour enfants est néces­sai­re­ment du théâtre popu­laire. Et puis il y a un vecteur social impor­tant, car les enfants peuvent faire venir un public de parents qui ne vien­drait pas au théâtre », explique-t-il. 
Les trois spec­tacles program­més seront joués cinq jours chacun et à des tarifs étudiés pour être acces­sibles au plus grand nombre.
• Matthieu Roy mettra en scène Même les cheva­liers tombent dans l’ou­bli, beau texte de Gustave Akakpo sur la quête d’iden­tité. À travers l’his­toire d’une petite fille blanche convain­cue d’être un cheva­lier noir, l’au­teur nous invite à réflé­chir : peut-on se choi­sir d’autres origines quand on se sent étran­ger à son corps, à sa famille, à sa culture ? « C’est un texte qui récon­ci­lie, qui donne de l’es­poir », ajoute Olivier Py. Dès 8 ans.

• Le metteur en scène Lazare Herson-Maca­rel adap­tera Falstafe de Valère Nova­rina. Une version resser­rée autour de ce héros insou­ciant, bien décidé à faire de sa vie un jeu. Dès 9 ans.

• Olivier Py présen­tera une nouvelle version de La Jeune Fille, le diable et le moulin, pièce qu’il a écrite et mise en scène d’après les frères Grimm. « Ce sera beau­coup plus musi­cal, le décor sera aussi plus léger », précise-t-il. Dès 7 ans.

Le festi­val donnera égale­ment le coup d’en­voi de “ La Belle Saison avec l’en­fance et la jeunesse ”, qui se pour­sui­vra jusqu’en 2015 et mettra en lumière la créa­tion contem­po­raine jeune public 
(www.belle­sai­son.fr ou www.scenes­den­fance.com/la-belle-saison).

 

Blan­dine Dauvi­laire