Le label Blue Note fête ses 75 ans. À cette occa­sion, le fort du Bruis­sin accueille une expo­si­tion qui explore les rela­tions entre photo­gra­phie, graphisme et jazz. Elle retrace l’his­toire de ce label mythique, fondé à la fin des années 1930 et devenu indis­so­ciable de l’his­toire du jazz moderne. Aussi réputé pour la qualité de ses enre­gis­tre­ments que de ses pochettes, Blue Note accom­pa­gna Sonny Rollins, Miles Davis, Thelo­nious Monk et bien d’autres. Pour s’en convaincre, il suffit de tendre l’oreille, d’ob­ser­ver les photos origi­nales de Fran­cis Wolff immor­ta­li­sant les jazz­men en studio, puis les pochettes réali­sées par Reid Miles. Sont réunies une centaine de pochettes essen­tiel­le­ment prêtées par Jean-Paul Boutel­lier, le fonda­teur du festi­val Jazz à Vienne, ainsi qu’une sélec­tion de créa­tions graphiques contem­po­raines, parmi lesquelles celles de Ian John­son. L’en­semble témoigne d’un âge d’or où l’es­thé­tique de la pochette vinyle était aussi soignée que le son. Aujourd’­hui, les collec­tion­neurs se damne­raient pour acqué­rir un pres­sage origi­nal de Blue Note. Riche d’un cata­logue d’an­tho­lo­gie, la petite note bleue n’a pas fini de bercer nos oreilles.  

Blan­dine Dauvi­laire