À la mort de son père, Char­lie Babbitt, homme d’af­faires pressé, hérite d’une vieille Buick qu’il convoi­tait depuis long­temps mais se voit spolié de quelque trois millions de francs versés à l’Ins­ti­tu­tion psychia­trique Wall­brook au profit d’un béné­fi­ciaire anonyme. Char­lie se rend a Wall­brook et découvre l’heu­reux béné­fi­ciaire. Il s’agit de Raymond, savant autiste, celui qu’il appe­lait dans son enfance Rain Man, qui repré­sente ses seuls souve­nirs heureux et qui n’est autre que son frère.