Cinq danseurs composent une choré­gra­phie en écho au Sacre du Prin­temps de Stra­vinski et aux conflits liés au Prin­temps arabe.