Voici notre sélec­tion de rendez-vous, d’ex­po­si­tions, de festi­vals sur la route des vacan­ces…

Arles – Bouches-du-Rhône

Rencontres d’Arles : la photo sans clichés

La 45e édition des Rencontres d’Arles, festi­val dédié à la photo­gra­phie dans tous ses états, devrait faire date. François Hébel, son direc­teur sur le départ, réunit en guise de cadeau d’adieu des person­na­li­tés aussi célèbres que singu­lières, de jeunes talents rafraî­chis­sants et inves­tit quelques nouveaux lieux.
Parmi la soixan­taine d’ex­po­si­tions propo­sées, nous vous conseillons de décou­vrir en famille :
• La rétros­pec­tive consa­crée à David Bailey. L’ar­tiste qui a travaillé pour les plus grands maga­zines de mode a sélec­tionné des portraits qui lui sont chers, où l’em­pa­thie avec le sujet est mani­feste. Stars et anonymes sont immor­ta­li­sés en beauté.

• Les compo­si­tions de Vik Muniz. À partir de photo­gra­phies trou­vées repré­sen­tant des scènes fami­lières qu’il déchire, l’ar­tiste recons­ti­tue des images qui semblent échap­pées d’un album de famille. Il procède de même pour réin­ven­ter des cartes postales où les paysages sont modi­fiés par le temps ou la guerre.

• Les foules collec­tion­nées par W. M. Hunt. Parades, chorales, remises de diplômes etc., toutes ces images font la part belle aux groupes réunis de façon excep­tion­nelle, parfois avec humour, parfois de manière étrange.

• Les clichés “ Des clics & des classes ”, réali­sés par 26 photo­graphes et les élèves de 25 classes sur le thème « Regarde tout change ! »

• La collec­tion fantasque de Daile Kaplan. Sous l’in­ti­tulé Pop photo­gra­phica, elle regroupe toutes sortes d’objets ayant servi de supports à la photo­gra­phie, de l’éven­tail au cous­sin en passant par les meubles incrus­tés.

• L’Ar­lé­sienne, célé­brée par Chris­tian Lacroix. Dans la chapelle de l’hô­tel Jules César tout juste restauré, le coutu­rier tente de cerner l’image de celle qui inspira de nombreux artistes.

• La Guerre des gosses vue par Léon Gimpel.
En août 1915 à Paris, tandis que les pères sont à la guerre et que les mères travaillent, les enfants de la rue Greneta jouent à combattre.
Captu­rés par le photo­graphe, les tableaux compo­sés par cette armée de « petits poilus » sont aussi touchants que tragiques.

45e Rencontres d’Arles, du 07/07 au 21/09 dans toute la ville. www.rencontres-arles.com

 

Arles – Bouches-du-Rhône

Van Gogh

La Fonda­tion Vincent van Gogh vient d’ou­vrir ses portes. Il aura fallu trois ans de travaux et une dizaine de millions d’eu­ros pour trans­for­mer les anciens locaux de la Banque de France en un lieu d’ex­po­si­tion de 1 000 m2.
Si la fonda­tion rend hommage au pein­tre hol­lan­dais qui séjourna dans la région de 1888 à 1889, elle présente égale­ment le travail des artistes d’aujourd’­hui. Cet été, vous pour­rez voir quelques toiles du maître prêtées par le musée d’Am­ster­dam (la fonda­tion n’en possède pas), accom­pa­gnées de tableaux de Monet ou Cour­bet qui l’ont influencé. Et une expo­si­tion d’œuvres de neuf plas­ti­ciens qui inter­rogent l’hé­ri­tage de van Gogh.

Van Gogh live !, jusqu’au 31/08. www.fonda­tion-vincent­van­gogh-arles.org

Tour­non – Ardèche

Arts premiers

Pour nous faire patien­ter avant l’ou­ver­ture en 2015 d’une réplique de la grotte Chau­vet Pont-d’Arc, le musée du quai Branly expose quarante œuvres inédites issues de ses collec­tions au château-musée de Tour­non (Ardèche). Faisant écho aux images magiques décou­vertes sur les parois peintes d’Ar­dèche, les pièces expo­sées illus­trent la virtuo­sité des premiers artistes. Grâce aux effets d’op­tique, aux anamor­phoses, aux symboles, ils expriment leur vision du réel. Ce sont ces messages codés que les visi­teurs sont invi­tés à déchif­frer cet été en admi­rant les masques et sculp­tures du Gabon, les boucliers et pein­tures sur écorce de Papoua­sie-Nouvelle-Guinée, etc.

Image’n magie, du 17/06 au 06/10. www.ville-tour­non.com/chateau-musee/

• Bonus

On en profite pour traver­ser le Rhône et visi­ter la Cité du Choco­lat à Tain-l’Her­mi­tage (Drôme). Dans ce lieu ludique et gour­mand créé par la choco­la­te­rie Valrhona, vous décou­vri­rez l’éton­nant parcours qui mène de la fève jusqu’à la plaquette de choco­lat. Et jusqu’au 31/08, une expo­si­tion retrace l’his­toire de l’art… en choco­lat, depuis l’im­pres­sion­nisme jusqu’au manga ! www.cite­du­cho­co­lat.com/fr
> Où dormir : www.restau­rant-gite-camping-simon­don.fr

Blan­dine Dauvi­laire

 

Mens – Isère

L’éco­lo­gie gran­deur nature

Au pied du Vercors, dans un écrin de mares natu­relles, de jardins bio et de sentiers fores­tiers, se déploie Terre vivante. Ce vaste domaine a été investi, il y a 20 ans, par sept mili­tants, éditeurs de livres et du maga­zine Les 4 saisons du jardin bio. Leur objec­tif : montrer, gran­deur nature, que l’éco­lo­gie est possible. Pour fêter cet anni­ver­saire, des visites guidées de ce jardin extra­or­di­naire sont orga­ni­sées tous les mardis et vendre­dis, du 11 juillet au 26 août. Le 1er août, une projec­tion d’un film fami­lial sur la nature et l’éco­lo­gie conclura les festi­vi­tés.

20 ans de Terre vivante, jusqu’au 1er/08. www.terre­vi­vante.org

Massif de l’Oi­sans – Isère

Anima­tions au refuge

Pour moti­ver ses enfants à la marche en montagne, l’ar­gu­ment le plus impa­rable est de leur promettre une nuit en refuge. Profi­tez-en, chaque jeudi de l’été, les gardiens des refuges de l’Oi­sans vous accueillent autour d’une anima­tion spéciale : décou­verte de l’uni­vers des marmottes et des papillons, obser­va­tion au crépus­cule, avec une lampe fron­tale, du dahu, cueillette de plantes sauvages comes­ti­bles… Les enfants sont les bien­ve­nus dès 4 ans. Ils pour­ront même goûter à l’am­biance convi­viale des grands dortoirs et des grandes tablées.
Les jeudis des refuges de l’Oi­sans, juillet/août. http://montagne-oisans.com

Les Baux-de-Provence – Bouches-du-Rhône

Klimt en immer­sion

Une plon­gée en son et lumière dans la fabu­leuse œuvre de Gustave Klimt vous enchan­te­rait ? Les monu­men­tales Carrières de Lumières des Baux-de-Provence vous proposent cette expé­rience magique. Plus de 1 500 œuvres colo­rées du grand peintre vien­nois et de ceux qu’il a inspi­rés (dont Egon Schiele) sont proje­tées sur les parois et le sol. Avec pour ambiance musi­cale : Wagner, Mahler… Voilà une façon ludique de faire décou­vrir aux enfants l’art pictu­ral !
Klimt et Vienne, jusqu’au 4/01/15. www.carrieres-lumieres.com

Aude Spil­mont

Avignon – Vaucluse

Avignon : le festi­val qui aime les enfants

Olivier Py est un artiste qui s’en­gage, et pas seule­ment en poli­tique. Pour sa première saison en tant que direc­teur du Festi­val d’Avi­gnon, il a souhaité envoyer un signal fort aux spec­ta­teurs et aux insti­tu­tions, en propo­sant un cycle jeune public à la chapelle des Péni­tents-Blancs. « C’est une manière de montrer au public que le théâtre reste popu­laire, car le théâtre pour enfants est néces­sai­re­ment du théâtre popu­laire. Et puis il y a un vecteur social impor­tant, car les enfants peuvent faire venir un public de parents qui ne vien­drait pas au théâtre », explique-t-il.
Les trois spec­tacles program­més seront joués cinq jours chacun et à des tarifs étudiés pour être acces­sibles au plus grand nombre.
• Matthieu Roy mettra en scène Même les cheva­liers tombent dans l’ou­bli, beau texte de Gustave Akakpo sur la quête d’iden­tité. À travers l’his­toire d’une petite fille blanche convain­cue d’être un cheva­lier noir, l’au­teur nous invite à réflé­chir : peut-on se choi­sir d’autres origines quand on se sent étran­ger à son corps, à sa famille, à sa culture ? « C’est un texte qui récon­ci­lie, qui donne de l’es­poir », ajoute Olivier Py. Dès 8 ans.

• Le metteur en scène Lazare Herson-Maca­rel adap­tera Falstafe de Valère Nova­rina. Une version resser­rée autour de ce héros insou­ciant, bien décidé à faire de sa vie un jeu. Dès 9 ans.

• Olivier Py présen­tera une nouvelle version de La Jeune Fille, le diable et le moulin, pièce qu’il a écrite et mise en scène d’après les frères Grimm. « Ce sera beau­coup plus musi­cal, le décor sera aussi plus léger », précise-t-il. Dès 7 ans.

Le festi­val donnera égale­ment le coup d’en­voi de “ La Belle Saison avec l’en­fance et la jeunesse ”, qui se pour­sui­vra jusqu’en 2015 et mettra en lumière la créa­tion contem­po­raine jeune public
(www.belle­sai­son.fr ou www.scenes­den­fance.com/la-belle-saison).

68e Festi­val d’Avi­gnon, du 04 au 27/07. www.festi­val-avignon.com

Blan­dine Dauvi­laire

 

Saint-Paul-de-Vence – Var

Les plus grands artistes

C’est le moment idéal pour visi­ter la Fonda­tion Maeght, qui célèbre ses 50 ans. Dans ce lieu somp­tueux de l’ar­chi­tec­ture moderne, l’ex­po­si­tion “ Face à l’œuvre ” met en pers­pec­tive la façon dont les collec­tion­neurs Aimé et Margue­rite Maeght privi­lé­giaient la puis­sance d’émo­tion des œuvres, sans préjugé esthé­tique. Bonnard, Bacon, Léger, Matisse, Kandinsky, Miró, Giaco­metti, Tàpies, Braque… Venez, vous aussi, éprou­ver l’ex­pres­si­vité d’une centaine d’œuvres des plus grands artistes.
Face à l’œuvre, du 28/06 au 11/11. www.fonda­tion-maeght.com

Aude Spil­mont