Fron­deuse, parti­ci­pa­tive et surtout ultra-festive, « Vogue la galère » revient pour sa 7e édition sur la Croix-Rousse, du 19 au 21 septembre. L’ini­tia­tive est née en 2007, dans le sillage du crieur public Gérald Rigaud, figure emblé­ma­tique du quar­tier et du Minis­tère des Rapports humains. « Je rece­vais des messages très critiques sur la Vogue des marrons, plus commer­ciale que festive. L’idée est venue de ne pas rester dans une posture critique, mais de faire une propo­si­tion alter­na­tive. Avec des copains artistes, des complices asso­cia­tifs et des habi­tants, nous avons créé une kermesse déca­lée, une vogue d’art forain avec des spec­tacles à prix libres », relate Gérald Rigaud. Auto­gé­rée, « Vogue la Galère » s’ins­crit aussi déli­bé­ré­ment dans l’iden­tité d’un quar­tier à la tradi­tion mili­tante bien ancrée, même si ses acteurs regrettent le non-soutien de la mairie centrale et de celle du 4e. Comme à chaque édition, les ingré­dients de la fête mélan­ge­ront attrac­tions pour enfants, spec­tacles et concerts pour tous. Avec une nouveauté cette fois, la vogue navi­guera sur diffé­rents lieux : sous l’es­pla­nade du Gros-Caillou, rue José­phin-Soulary dans un grand jardin privé et sur le terrain d’ac­ti­vi­tés du Chariot d’Or (le TACO) où sera instal­lée une buvette. Un camion scène venu du sud sera là pour l’oc­ca­sion, entrai­nant dans son sillage des hurlu­ber­lus, pour­voyeurs de fantai­sie. Réin­ven­tez le monde avec la troupe de saltim­banques de la Cie Fila­ment, faites la connais­sance d’un clown décalé qui cumule les contre-exploits pour nous faire glous­ser (Cie Dis bonjour à la dame). Embarquez avec les choristes de La Fanfare à mains nues et lais­sez-vous surprendre par l’in­ven­ti­vité du spec­tacle musi­cal du Grab­ben Orches­tra (dès 6 ans), qui conte l’his­toire d’un gardien de musée qui n’aime pas les enfants. Ne manquez pas le final en compa­gnie de DJ Couf­couf avec sa boum de 45 tours. 

Aude Spil­mont