Un moment de rencontre cultu­rel, ludique et festif entre citoyens curieux et cher­cheurs passion­nés : parti­ci­per à diverses expé­riences et jeux scien­ti­fiques, discu­ter avec des experts, mener une enquête, décou­vrir la program­ma­tion du Plané­ta­rium pour la nouvelle saison, regar­der des films d’as­tro­no­mie.

Au programme :

En conti­nue pendant toute la soirée, des espaces physiques perma­nents pendant toute la soirée :

– Mène l’enquête ! 

Une victime, une scène de crime, des indices, des traces… Que s’est-il passé ? Le public devra résoudre l’enquête, avec comme seul maté­riel : son imagi­na­tion ! Au cours de cette expé­rience, les parti­ci­pant(e)s auront à inven­ter un person­nage, puis une histoire sous forme d’enquête poli­cière à partir d’élé­ments retrou­vés sur la scène de crime. Après des phases de réflexion/imagi­na­tion, de discus­sion/construc­tion du récit, un temps de présen­ta­tion leur sera dédié. Les sessions seront enre­gis­trées.

Avec : Céline Nguyen et Marianne Chou­teau, labo­ra­toire Envi­ron­ne­ment, Villes et Société (UMR 5600) – équipe Ingé­nie­ries, Tech­niques, Urba­ni­sa­tions, Société (CNRS, Univer­sité Jean Moulin Lyon 3, Univer­sité Lumière Lyon 2, Univer­sité Jean Monnet, ENTPE, ENS de Lyon, INSA de Lyon, École Natio­nale Supé­rieure des Mines Saint-Étienne)

 – À partir de 8 ans

– Sur inscrip­tion à l’ac­cueil – 60 minutes (20 personnes par séance).

 

– Où regar­der, quoi écou­ter ?

Quand les gens se parlent, il se passe bien plus que l’échange de paroles : par les into­na­tions, par les échanges de regards, et par les gestes… on se dit parfois plus que par les paroles. À travers l’ana­lyse d’une projec­tion vidéo, comment un cher­cheur, en sciences humaines, peut se rendre compte des situa­tions aussi complexes qu’une séance de classe ? « Où regar­der ? Quoi écou­ter ? » Au public de mener l’enquête.

Au cours de cette expé­rience, les parti­ci­pant(e)s travaille­ront sur une séquence vidéo pris avec une caméra fixe, filmant sur un profes­seur au tableau avec des élèves de dos, et deux sources sonores (micro ambiant, micro-cravate sur élève). Les parti­ci­pant(e)s seront divi­sés en deux groupes avec des consignes d’ob­ser­va­tion diffé­rentes : 1) suivre l’ac­ti­vité du profes­seur ; 2) suivre l’ac­ti­vité d’un élève –  et des bandes sonores diffé­rentes, respec­ti­ve­ment, le micro-cravate et micro ambiant.

La séquences vidéo présente des événe­ments impor­tants à la compré­hen­sion de la dyna­mique des échanges dont l’ob­ser­va­tion dépen­dra de la prise de son ou de la tâche d’ob­ser­va­tion. Après la prise de données, il y aura une phase de mise en commun des obser­va­tions avec une discus­sion de l’épis­té­mo­lo­gie dans les sciences et l’im­por­tance du plan de prise des données et de la grille d’ob­ser­va­tion dans les sciences humaines.

 Avec : Gerald Nicco­laï, labo­ra­toire Inte­rac­tions, Corpus, Appren­tis­sages, Repré­sen­ta­tions – UMR 5191 (CNRS, Univer­sité Lumière Lyon 2, ENS de Lyon, IFE)

– À partir de 10 ans

– Sur inscrip­tion à l’ac­cueil – 30 minutes  (15 personnes par séance).

– Plus c’est grand, mieux c’est !

Lors de cette expé­rience, le public pourra à la fois assis­ter et parti­ci­per à la fabri­ca­tion de grande lame de silex au levier. Après instal­la­tion du dispo­si­tif en bois et posi­tion­ne­ment d’une pierre (silex) les parti­ci­pant(e)s devront retrou­ver les gestes ances­traux permet­tant l’ex­trac­tion d’une lame de pierre avec un levier.

Expé­rience présen­tée par Frédé­ric Abbes, labo­ra­toire Archéo­rient Envi­ron­ne­ments et Socié­tés de l’Orient ancien (UMR 5133) – MSH Maison de l’Orient et de la Médi­ter­ra­née (CNRS – Univer­sité Lumière Lyon 2)

– À partir de 10 ans

– Je parti­cipe à la science !

Lors de cet atelier de discus­sion, le public pourra réflé­chir et aider des cher­cheurs dans la créa­tion d’une photo­thèque parti­ci­pa­tive. Comment leur donner envie d’être acteur de la recherche ? L’ate­lier permet­tra aux parti­ci­pant(e)s de décou­vrir ce que sont les Sciences Parti­ci­pa­tives et le projet de photo­thèque de l’Ob­ser­va­toire Hommes/Milieux de la Vallée du Rhône : le proto­cole scien­ti­fique (collecte de photo, indexa­tion) les rôles des citoyens dans le projet et le retour de leurs inves­tis­se­ments, les rôles des scien­ti­fiques, et à quoi peuvent servir les photos dépo­sées sur le site ?

Expé­rience présen­tée par Frédé­ric Paran, dépar­te­ment GéoS­ciences et Envi­ron­ne­ment (GSE-ENSMSE) – École Natio­nale Supé­rieure des Mines de Saint-Etienne.

– À partir de 15 ans

Espaces cher­cheurs

Quand les mots prennent la main !

Ce projet invite les visi­teurs à décou­vrir les tech­niques d’étude du cerveau à travers une expé­rience portant sur les liens entre langage et motri­cité. Les parti­ci­pant(e)s teste­ront un proto­cole expé­ri­men­tal tel que réalisé en labo­ra­toire. Ce dernier consiste à mani­pu­ler diffé­rents objets afin d’éva­luer l’in­fluence du langage et du contexte de l’ac­tion (distance à l’objet, nature des objets, etc.) sur la program­ma­tion et l’exé­cu­tion des gestes.

 Avec : Marie Martel, Egidio Marsico, Labex ASLAN (Études avan­cées sur la complexité du langage) – Labo­ra­toire Dyna­mique du Langage (Univer­sité de Lyon –  CNRS –  Univer­sité Lumière Lyon 2)

 – À partir de 8 ans

 

– Séche­resse/inon­da­tion

Discus­sion en deux temps sur la défi­ni­tion des extrêmes météo­ro­lo­giques et sur l’in­té­rêt de connaître le climat passé ainsi que les moyens utili­sés pour y parve­nir. Quel est l’in­té­rêt d’un retour d’ex­pé­rience sur un évène­ment passé ? Est-ce que cela va-t-il se repro­duire de nouveau ? Comment l’an­ti­ci­per ? Cette discus­sion se dérou­lera sous forme d’un jeu de ques­tions réponses, pour montrer que cette réflexion a une suite logique.

Avec : Laurie Caillouet, Martin Boudou, unité de recherche Hydro­lo­gie-Hydrau­lique – Insti­tut de Recherche en Sciences et Tech­no­lo­gies pour l’En­vi­ron­ne­ment et l’Agri­cul­ture.

 – À partir de 8 ans

– Dis, qu’est-ce qu’on mange ce soir ?

Quelles sont les repré­sen­ta­tions sociales qui sont sous-tendent les choix culi­naires ? Cher­cheurs et docto­rants du centre de recherche de l’Ins­ti­tut Paul, illus­tre­rons une diver­sité de ques­tions sur l’ex­pé­rience vécue dans un hôtel, un restau­rant, une cuisine et sur l’ex­pé­rience de repas.

 Avec l’ Équipe du centre de recherche de l’Ins­ti­tut Paul Bocuse

 – À partir de 8 ans

 

– 2048 : reflets de nos capa­ci­tés cogni­tives ?

Plusieurs jeux sont  propo­sés sur nos smart­phones pour exer­cer notre cerveau. Un exemple récent : le jeu “2048” qui ferait appel à nos capa­ci­tés en logique et en calcul. Mais est-ce vrai­ment le cas ? Cette expé­rience se déroule autour de ce jeu très à la mode en ce moment sur les smart­phones. Le jeu 2048 consiste à combi­ner des blocs de chiffres pour arri­ver au score 2048. Souvent décrit comme un outil de gymnas­tique céré­bral, il reste à déter­mi­ner dans quelle mesure nos compé­tences dans ce jeu reflètent vrai­ment nos capa­ci­tés cogni­tives.

Avec : Équipe Neuros­ciences de la Pensée et du Raison­ne­ment – labo­ra­toire Langage, Cerveau et Cogni­tion -Insti­tut des Sciences Cogni­tives (CNRS – Univer­sité Claude Bernard Lyon 1)

 – À partir de 8 ans

 – À la décou­verte des écri­tures anciennes

 Deux approches complé­men­tai­res…

 1)     À la décou­verte des écri­tures cunéi­formes

Du contrat oral à la trans­crip­tion graphique, le public pourra revivre les origines de l’écri­ture cunéi­formes, inter­pré­tez ces étranges signes en forme de clous impri­més dans l’ar­gile, et décou­vrir leurs multiples appli­ca­tions. Il pourra suivre un atelier pour comprendre l’ori­gine des signes cunéi­formes et l’évo­lu­tion des écri­tures (jeux et repro­duc­tion par le public de signes sur tablettes en argile). Dans une approche ludique, il pourra égale­ment appro­cher l’his­toire de leur déchif­fre­ment et s’in­for­mer sur le travail de l’épi­gra­phiste.

Avec : Khaled Alsa­leem, labo­ra­toire Archéo­rient Envi­ron­ne­ments et Socié­tés de l’Orient ancien – UMR 5133 – Maison de l’Orient et de la Médi­ter­ra­née (Univer­sité Lumière Lyon 2)

– À partir de 8 ans

2)     StorySTELEing : une stèle, une histoire !

Proto­ty­pée pour Museo­mix 2012, le dispo­si­tif StorySTELEing est une expé­rience numé­rique de média­tion qui redonne vie à une inscrip­tion latine vieille de presque 2000 ans.

Avec : Guillaume Rouvière, labo­ra­toire Histoire et Sources des Mondes Antiques – Maison de l’Orient et de la Médi­ter­ra­née (Univer­sité Lumière Lyon 2)

 – À partir de 8 ans

– Des Robots et des Hommes

 Plusieurs approches complé­men­tai­res…

 1)     Les robots et leurs appa­rences

Les robots arrivent dans notre quoti­dien. Le public est invité à réflé­chir avec des cher­cheurs pour savoir à quoi ils ressem­ble­ront et à quoi ils servi­ront ? Ils cherchent égale­ment à comprendre ce qui, dans leur appa­rence, peut être attrayant ou repous­sant.

Avec : Jéré­mie Torres (Faculté d’An­thro­po­lo­gie, de Socio­lo­gie et de Science Poli­tique – Univer­sité Lumière Lyon 2), Doro­thée Furnon (Lear­ningLab IDEA – École Centrale de Lyon), Stéphane Marpot (Centre de Recherches et d’Études Anthro­po­lo­giques – Univer­sité Lumière Lyon 2)

 – À partir de 8 ans

 2)     Répa­ra­tion-augmen­ta­tion de l’Homme et « rela­tions hommes/machines »

 

– Poubelle/Valise du cher­cheur

 Tout au long de la soirée, des cher­cheurs itiné­rants déam­bulent avec leur poubelle ou valise. Les visi­teurs pour­ront décou­vrir leurs  acti­vi­tés de recherche par l’ex­plo­ra­tion de celles-ci. 

 Avec la parti­ci­pa­tion de Caro­line Imbert, Emilie Bonnard, Blan­dine Ceri­sier, Julie Bous­soco et Claire Bros­saud.

 – À partir de 8 ans

 Espace Radio

 Plateau d’en­re­gis­tre­ment en direct d’émis­sion avec Radio Brume

 Espace EU Welcome Corner

 Espace permet­tant la rencontre de cher­cheurs euro­péens et de familles rhoda­niennes

 

Sur rendez-vous

(Des espaces occu­pés sur certaines plages horaires program­mées dans la soirée)

 – Scien­ti­fic-dating

 Décou­vrez notre formule de rendez-vous express avec des cher­cheurs.

 Avec la parti­ci­pa­tion de Jean-Pierre Cloa­rec, Audrey Mazur-Palandre, Caro­line Imbert, Jean-Philippe Maitre, Emilie Jouin-Char­don, Marie-Pierre Gibert, Antoine Cazes, Emilie Bonnard, Guillaume Rouvière, Emma­nuel Pasco-Viel, Jéré­mie Torres, Doro­thée Furnon, Stéphane Marpot, Julie Bous­soco, Laurie Caillouet, Biagio Ursi, Yiru Xu, et Mathilde Dumond. 

 À partir de 10 ans

– Sur inscrip­tion à l’ac­cueil – 30 minutes (10 personnes par séance).

 

– Pictio­narWii

Des mots à faire devi­ner en les dessi­nant, une théma­tique à trou­ver, des cher­cheurs pour en parler !

À partir de 8 ans

– Sur inscrip­tion à l’ac­cueil – 30 minutes (15 personnes par séance).

– Ma thèse en 180 secondes

Les jeunes cher­cheurs de l’Uni­ver­sité de Lyon auront seule­ment trois minutes pour faire décou­vrir leurs sujets de recherches au public.

– À partir de 8 ans

– Sur inscrip­tion à l’ac­cueil – 20 minutes (20  personnes par séance).

 

– Les cher­cheurs montrent les dents

Avec : Emma­nuel Pasco-Viel, Centre Inter­na­tio­nal de Recherche en Infec­tio­lo­gie – Insti­tut de Géno­mique Fonc­tion­nelle de Lyon (ENS de Lyon)

 – Confé­rences flash

 Le public pourra parti­ci­per à de mini­con­fé­rences en petit comité pour décou­vrir les sujets de recherches des cher­cheurs de l’Uni­ver­sité de Lyon.

 – À partir de 8 ans

– Sur inscrip­tion à l’ac­cueil – 20 minutes (20 personnes par séance).

 – Votre image nous inté­resse

 L’ana­lyse des inter­ac­tions orales telle qu’elle est effec­tuée notam­ment par les cher­cheurs en linguis­tique inter­ac­tion­nelle lyon­nais se base sur des enre­gis­tre­ments audio, et main­te­nant vidéo, de situa­tions d’in­te­rac­tion dites “écolo­giques” c’est-à-dire qui n’ont pas été comman­di­tées par les cher­cheurs mais qui auraient eu lieu même sans leur présence. Loin d’être un “papa­razzi” guet­tant la parole spon­ta­née tapi derrière un réver­bère, ou un espion plaçant des micros cachés sous les tables, l’in­te­rac­tion­niste se doit de recueillir la parole dans les règles de l’art dictées notam­ment par le droit à l’image et le droit à la vie privée des personnes enre­gis­trées. Cette confé­rence propose de faire un tour d’ho­ri­zon rapide des ques­tions juri­diques que soulève ce type de recherche, du recueil des données jusqu’à la diffu­sion des résul­tats de recherche. Elle souli­gnera toute parti­cu­liè­re­ment l’im­por­tance du consen­te­ment des personnes du grand public qui sont enre­gis­trées sans quoi ses recherches ne seraient pas possibles.

 Avec : Emilie Jouin-Char­don, labo­ra­toire Inte­rac­tions, Corpus, Appren­tis­sage, Repré­sen­ta­tions – UMR 5191 (Univer­sité Lyon 2, CNRS, ENS de Lyon)

–  StorySTELEing : une stèle, une histoire !

 Proto­ty­pée pour Museo­mix 2012, le dispo­si­tif StorySTELEing est une expé­rience numé­rique de média­tion qui redonne vie à une inscrip­tion latine vieille de presque 2000 ans.

 Avec : Guillaume Rouvière, labo­ra­toire Histoire et Sources des Mondes Antiques – Maison de l’Orient et de la Médi­ter­ra­née (Univer­sité Lumière Lyon 2)

 

 – Et Darwin demanda : c’est quoi une langue ?

 La biolo­gie et la linguis­tique ont beau­coup de choses à se dire : scène fami­lière en salle des profs, où une prof de bio et une prof de linguis­tique se racontent l’évo­lu­tion des espèces et l’évo­lu­tion des langues.

 Avec : Caro­line Imbert, labo­ra­toire Dyna­mique du Langage – UMR 5596 (CNRS, Univer­sité Lumière Lyon 2)

– Les langues du monde subi­ront-elles le chan­ge­ment clima­tique ?

À première vue, le climat n’a pas grand-chose à voir avec les sons, les mots et les phrases que nous employons au quoti­dien, que nous parlions le français, l’es­pa­gnol, le navajo d’Amé­rique du nord ou le huli de Nouvelle-Guinée… Mais les choses sont-elles si claires que cela ? Est-il possible de montrer que le climat et l’en­vi­ron­ne­ment ont un impact sur les quelques 6000 langues parlées à la surface de notre planète ? Et si oui, quelles expli­ca­tions propo­ser ? Trois exemples nous permet­tront de creu­ser la ques­tion…

Avec : Chris­tophe Coupé, labo­ra­toire Dyna­mique du Langage – UMR 5596 (CNRS, Univer­sité Lumière Lyon 2)

– Les robots et leurs appa­rences

 Les robots arrivent dans notre quoti­dien. Le public est invité à réflé­chir avec des cher­cheurs pour savoir à quoi ils ressem­ble­ront et à quoi ils servi­ront ? Ils cherchent égale­ment à comprendre ce qui, dans leur appa­rence, peut être attrayant ou repous­sant.

 Avec : Jéré­mie Torres (Faculté d’An­thro­po­lo­gie, de Socio­lo­gie et de Science Poli­tique – Univer­sité Lumière Lyon 2), Doro­thée Furnon (Lear­ningLab IDEA – École Centrale de Lyon), Stéphane Marpot (Centre de Recherches et d’Études Anthro­po­lo­giques – Univer­sité Lumière Lyon 2)

 – La chimie de surface, appliquée au génie médi­cal

 Jean-Pierre Cloa­rec, labo­ra­toire franco-cana­dien Nano­tech­no­lo­gies – Nano­sys­tèmes.

 – Le déve­lop­pe­ment des plantes

Comment les organes (le sépale) ont une forme repro­duc­tible d’un organe à l’autre, d’une plante à l’autre ? Le fait que la forme des organes soit repro­duc­tible est d’au­tant moins compris que l’or­ga­ni­sa­tion à plus petite échelle (au niveau cellu­laire) est forte­ment variable d’un organe à l’autre (et c’est parti­cu­liè­re­ment vrai chez le sépale, puisqu’il y a plusieurs sous-popu­la­tions cellu­laires de proprié­tés très diffé­rentes).

Avec : Mathilde Dumond, labo­ra­toire Repro­duc­tion et Déve­lop­pe­ment des Plantes – ENS de Lyon

  – « Droite » et « Gauche » en France et en Iran

 Hadi Dola­ta­badi, labo­ra­toire Triangle – UMR 5206 (ENS de Lyon, Univer­sité Lumière-Lyon 2, IEP Lyon, Univer­sité Jean Monnet)


 

Program­ma­tion du Plané­ta­rium

(Le plané­ta­rium de Vaulx-en-Velin accueille égale­ment le public avec sa nouvelle program­ma­tion)

 

Expo­si­tion« Entre-mondes »

 Par Laurent Mulot, artiste, avec la parti­ci­pa­tion de Thierry Stolar­c­zyk, astro­phy­si­cien au CEA, et en colla­bo­ra­tion avec l’IPNL dans le cadre des 60 ans du CERN et de « l’In­cu­ba­teur art et science » du Plané­ta­rium.

Laurent Mulot et Thierry Stolar­c­zyk ont revi­sité pendant près de 6 mois les rayons cosmiques venant du fin fond de l’Uni­vers avec 10 familles de Vaulx-en-Velin. Celles-ci les ont étudiés et traqués depuis leur domi­cile grâce à des élec­tro­scopes arti­sa­naux. Laurent Mulot, défini par ses pairs comme un explo­ra­teur de « l’In­fra-mince » et de terri­toires « inter­mé­diaires », a imaginé à partir de cette expé­rience une expo­si­tion qui inter­roge deux mondes : celui de l’in­fi­ni­ment petit et celui de l’in­fi­ni­ment grand. “Entre-mondes” est une propo­si­tion qui relie le terri­toire du CERN située à Genève, son expé­rience enfouie à 100m sous terre, et le terri­toire du Plané­ta­rium de Vaulx en Velin traversé par des rayons cosmiques au quoti­dien, comme partout ailleurs. C’est une plon­gée dans un monde paral­lèle, où la poésie rencontre la rigueur de l’ex­pé­rience scien­ti­fique.

 20h00 – Le Rêve d’Icare (35 min)

 Vivez le rêve immense que l’hu­ma­nité cherche à accom­plir depuis la nuit des temps… Voler ! Avec Léonard de Vinci, les frères Mont­gol­fier ou encore les frères Wright, décou­vrez les grandes étapes de la conquête du ciel, des ailes arti­fi­cielles aux balbu­tie­ments de l’avia­tion, jusqu’au lance­ment des satel­lites et des fusées dans l’es­pace.

 – Tout public dès 8 ans

 22h00 – L’Uni­vers d’Escher (25 min)

 Le dessi­na­teur Escher était-il un artiste, un astro­nome, un mathé­ma­ti­cien ? Voya­gez au cœur de l’illu­sion d’op­tique ! Espaces para­doxaux, construc­tions impos­sibles, explo­ra­tions de l’in­fi­ni… Des images « renver­santes » qui vous propul­se­ront dans un univers à la géomé­trie extra­or­di­naire.

 – Tout public dès 8 ans

 

 

 

 

 

 


Un moment de rencontre cultu­rel, ludique et festif entre citoyens curieux et cher­cheurs passion­nés : parti­ci­per à diverses expé­riences et jeux scien­ti­fiques, discu­ter avec des experts, mener une enquête, décou­vrir la program­ma­tion du Plané­ta­rium pour la nouvelle saison, regar­der des films d’as­tro­no­mie.

Au programme :

 • Mène l’enquête ! 

Une victime, une scène de crime, des indices, des traces… Que s’est-il passé ? Le public devra résoudre l’enquête, avec comme seul maté­riel : son imagi­na­tion ! Au cours de cette expé­rience, les parti­ci­pant(e)s auront à inven­ter un person­nage, puis une histoire sous forme d’enquête poli­cière à partir d’élé­ments retrou­vés sur la scène de crime. Après des phases de réflexion/imagi­na­tion, de discus­sion/construc­tion du récit, un temps de présen­ta­tion leur sera dédié. Les sessions seront enre­gis­trées.

– À partir de 8 ans

– Sur inscrip­tion à l’ac­cueil – 60 minutes (20 personnes par séance).

• Où regar­der, quoi écou­ter ?

Au cours de cette expé­rience, les parti­ci­pant(e)s travaille­ront sur une séquence vidéo pris avec une caméra fixe, filmant sur un profes­seur au tableau avec des élèves de dos, et deux sources sonores (micro ambiant, micro-cravate sur élève). Les parti­ci­pant(e)s seront divi­sés en deux groupes avec des consignes d’ob­ser­va­tion diffé­rentes : 1) suivre l’ac­ti­vité du profes­seur ; 2) suivre l’ac­ti­vité d’un élève –  et des bandes sonores diffé­rentes, respec­ti­ve­ment, le micro-cravate et micro ambiant.

La séquences vidéo présente des événe­ments impor­tants à la compré­hen­sion de la dyna­mique des échanges dont l’ob­ser­va­tion dépen­dra de la prise de son ou de la tâche d’ob­ser­va­tion. Après la prise de données, il y aura une phase de mise en commun des obser­va­tions avec une discus­sion de l’épis­té­mo­lo­gie dans les sciences et l’im­por­tance du plan de prise des données et de la grille d’ob­ser­va­tion dans les sciences humaines.

– À partir de 10 ans

– Sur inscrip­tion à l’ac­cueil – 30 minutes  (15 personnes par séance).

• Plus c’est grand, mieux c’est !

Lors de cette expé­rience, le public pourra à la fois assis­ter et parti­ci­per à la fabri­ca­tion de grande lame de silex au levier. Après instal­la­tion du dispo­si­tif en bois et posi­tion­ne­ment d’une pierre (silex) les parti­ci­pant(e)s devront retrou­ver les gestes ances­traux permet­tant l’ex­trac­tion d’une lame de pierre avec un levier. 

– À partir de 10 ans

• Je parti­cipe à la science !

Lors de cet atelier de discus­sion, le public pourra réflé­chir et aider des cher­cheurs dans la créa­tion d’une photo­thèque parti­ci­pa­tive. Comment leur donner envie d’être acteur de la recherche ? L’ate­lier permet­tra aux parti­ci­pant(e)s de décou­vrir ce que sont les Sciences Parti­ci­pa­tives et le projet de photo­thèque de l’Ob­ser­va­toire Hommes/Milieux de la Vallée du Rhône : le proto­cole scien­ti­fique (collecte de photo, indexa­tion) les rôles des citoyens dans le projet et le retour de leurs inves­tis­se­ments, les rôles des scien­ti­fiques, et à quoi peuvent servir les photos dépo­sées sur le site ? 

– À partir de 15 ans

• Quand les mots prennent la main ! 

Ce projet invite les visi­teurs à décou­vrir les tech­niques d’étude du cerveau à travers une expé­rience portant sur les liens entre langage et motri­cité. Les parti­ci­pant(e)s teste­ront un proto­cole expé­ri­men­tal tel que réalisé en labo­ra­toire. Ce dernier consiste à mani­pu­ler diffé­rents objets afin d’éva­luer l’in­fluence du langage et du contexte de l’ac­tion (distance à l’objet, nature des objets, etc.) sur la program­ma­tion et l’exé­cu­tion des gestes.

– À partir de 8 ans

• Séche­resse/inon­da­tion 

Discus­sion en deux temps sur la défi­ni­tion des extrêmes météo­ro­lo­giques et sur l’in­té­rêt de connaître le climat passé ainsi que les moyens utili­sés pour y parve­nir. Quel est l’in­té­rêt d’un retour d’ex­pé­rience sur un évène­ment passé ? Est-ce que cela va-t-il se repro­duire de nouveau ? Comment l’an­ti­ci­per ? Cette discus­sion se dérou­lera sous forme d’un jeu de ques­tions réponses, pour montrer que cette réflexion a une suite logique.

– À partir de 8 ans

• Dis, qu’est-ce qu’on mange ce soir ?

Quelles sont les repré­sen­ta­tions sociales qui sont sous-tendent les choix culi­naires ? Cher­cheurs et docto­rants du centre de recherche de l’Ins­ti­tut Paul, illus­tre­rons une diver­sité de ques­tions sur l’ex­pé­rience vécue dans un hôtel, un restau­rant, une cuisine et sur l’ex­pé­rience de repas.

– À partir de 8 ans

• 2048 : reflets de nos capa­ci­tés cogni­tives ? 

Plusieurs jeux sont  propo­sés sur nos smart­phones pour exer­cer notre cerveau. Un exemple récent : le jeu “2048” qui ferait appel à nos capa­ci­tés en logique et en calcul. Mais est-ce vrai­ment le cas ? Cette expé­rience se déroule autour de ce jeu très à la mode en ce moment sur les smart­phones. Le jeu 2048 consiste à combi­ner des blocs de chiffres pour arri­ver au score 2048. Souvent décrit comme un outil de gymnas­tique céré­bral, il reste à déter­mi­ner dans quelle mesure nos compé­tences dans ce jeu reflètent vrai­ment nos capa­ci­tés cogni­tives. 

– À partir de 8 ans 

• À la décou­verte des écri­tures anciennes

Deux approches complé­men­tai­res… 

1) À la décou­verte des écri­tures cunéi­formes 

Du contrat oral à la trans­crip­tion graphique, le public pourra revivre les origines de l’écri­ture cunéi­formes, inter­pré­tez ces étranges signes en forme de clous impri­més dans l’ar­gile, et décou­vrir leurs multiples appli­ca­tions. Il pourra suivre un atelier pour comprendre l’ori­gine des signes cunéi­formes et l’évo­lu­tion des écri­tures (jeux et repro­duc­tion par le public de signes sur tablettes en argile). Dans une approche ludique, il pourra égale­ment appro­cher l’his­toire de leur déchif­fre­ment et s’in­for­mer sur le travail de l’épi­gra­phiste.

– À partir de 8 ans

2) StorySTELEing : une stèle, une histoire !

Proto­ty­pée pour Museo­mix 2012, le dispo­si­tif StorySTELEing est une expé­rience numé­rique de média­tion qui redonne vie à une inscrip­tion latine vieille de presque 2000 ans.

– À partir de 8 ans

• Des Robots et des Hommes

Plusieurs approches complé­men­tai­res… 

1) Les robots et leurs appa­rences

Les robots arrivent dans notre quoti­dien. Le public est invité à réflé­chir avec des cher­cheurs pour savoir à quoi ils ressem­ble­ront et à quoi ils servi­ront ? Ils cherchent égale­ment à comprendre ce qui, dans leur appa­rence, peut être attrayant ou repous­sant.

– À partir de 8 ans

2) Répa­ra­tion-augmen­ta­tion de l’Homme et « rela­tions hommes/machines »

• Poubelle/Valise du cher­cheur

Tout au long de la soirée, des cher­cheurs itiné­rants déam­bulent avec leur poubelle ou valise. Les visi­teurs pour­ront décou­vrir leurs  acti­vi­tés de recherche par l’ex­plo­ra­tion de celles-ci.  

– À partir de 8 ans

• Scien­ti­fic-dating

Décou­vrez notre formule de rendez-vous express avec des cher­cheurs.

– À partir de 10 ans

– Sur inscrip­tion à l’ac­cueil – 30 minutes (10 personnes par séance).

• Pictio­narWii

Des mots à faire devi­ner en les dessi­nant, une théma­tique à trou­ver, des cher­cheurs pour en parler !

– À partir de 8 ans

– Sur inscrip­tion à l’ac­cueil – 30 minutes (15 personnes par séance).

• Ma thèse en 180 secondes

• Les jeunes cher­cheurs de l’Uni­ver­sité de Lyon auront seule­ment trois minutes pour faire décou­vrir leurs sujets de recherches au public.

– À partir de 8 ans

– Sur inscrip­tion à l’ac­cueil – 20 minutes (20  personnes par séance).

• Les cher­cheurs montrent les dents : Confé­rences flash

Le public pourra parti­ci­per à de mini­con­fé­rences en petit comité pour décou­vrir les sujets de recherches des cher­cheurs de l’Uni­ver­sité de Lyon.

– À partir de 8 ans

– Sur inscrip­tion à l’ac­cueil – 20 minutes (20 personnes par séance).

• Program­ma­tion du Plané­ta­rium

Le plané­ta­rium de Vaulx-en-Velin accueille égale­ment le public avec sa nouvelle program­ma­tion

• Expo­si­tion « Entre-mondes »

Laurent Mulot et Thierry Stolar­c­zyk ont revi­sité pendant près de 6 mois les rayons cosmiques venant du fin fond de l’Uni­vers avec 10 familles de Vaulx-en-Velin. Celles-ci les ont étudiés et traqués depuis leur domi­cile grâce à des élec­tro­scopes arti­sa­naux. Laurent Mulot, défini par ses pairs comme un explo­ra­teur de « l’In­fra-mince » et de terri­toires « inter­mé­diaires », a imaginé à partir de cette expé­rience une expo­si­tion qui inter­roge deux mondes : celui de l’in­fi­ni­ment petit et celui de l’in­fi­ni­ment grand. “Entre-mondes” est une propo­si­tion qui relie le terri­toire du CERN située à Genève, son expé­rience enfouie à 100m sous terre, et le terri­toire du Plané­ta­rium de Vaulx en Velin traversé par des rayons cosmiques au quoti­dien, comme partout ailleurs. C’est une plon­gée dans un monde paral­lèle, où la poésie rencontre la rigueur de l’ex­pé­rience scien­ti­fique.

 

• Projec­tions :

20h00 – Le Rêve d’Icare (35 min) 

Vivez le rêve immense que l’hu­ma­nité cherche à accom­plir depuis la nuit des temps… Voler ! Avec Léonard de Vinci, les frères Mont­gol­fier ou encore les frères Wright, décou­vrez les grandes étapes de la conquête du ciel, des ailes arti­fi­cielles aux balbu­tie­ments de l’avia­tion, jusqu’au lance­ment des satel­lites et des fusées dans l’es­pace. 

– Tout public dès 8 ans 

22h00 – L’Uni­vers d’Escher (25 min)

Le dessi­na­teur Escher était-il un artiste, un astro­nome, un mathé­ma­ti­cien ? Voya­gez au cœur de l’illu­sion d’op­tique ! Espaces para­doxaux, construc­tions impos­sibles, explo­ra­tions de l’in­fi­ni… Des images « renver­santes » qui vous propul­se­ront dans un univers à la géomé­trie extra­or­di­naire. 

– Tout public dès 8 ans