Finie l’école et place aux vacances ! Nico­las a une chance folle cette année : il part à la mer avec ses parents et sa grand-mère. Le cœur un peu gros, puisque Marie-Edwige, qui l’a embrassé la veille du départ, part à la montagne. Mais sur place, Nico­las va se faire une nouvelle bande de copains et vivre tout un tas d’aven­tures. 

À l’image du premier épisode qui fut un franc succès (5,6 millions d’en­trées), ce film est une chro­nique très nostal­gique de la France des Trente Glorieuses, qui ne raconte rien d’autre que le quoti­dien d’un enfant rêveur, ni turbu­lent ni trop sage, et parfois celui de ses parents.

La recette de 2009 est appliquée à la lettre ici : des décors et des costumes colo­rés et très soignés, deux ou trois situa­tions burlesques, quelques chan­sons enjouées, des acteurs célèbres, pour la plupart les mêmes que dans le premier opus… Sauf le petit Nico­las, qui a changé et qu’ont rejoint avec entrain Domi­nique Lava­nant et Bouli Lanners. 

Le scéna­rio, lui, ne s’est malheu­reu­se­ment pas enri­chi : des saynètes succes­sives peinent à créer une véri­table histoire, à construire des person­nages. Du coup, on passe d’un micro-événe­ment à l’autre, d’une anec­dote d’un jour à celle du lende­main, sans que cela ne soit ni très drôle ni très capti­vant. Peut mieux faire ! 

Véro­nique Le Bris