Des danseurs aux visages masqués oscil­lent entre le grotesque et la poésie dans un décor de chevaux de bois et maga­sin de jouets.