Parce que nous sommes entou­rés d’écrans, que la vidéo fait partie de notre envi­ron­ne­ment et qu’il cherche conti­nuel­le­ment à enri­chir sa danse hip-hop, le choré­graphe Mourad Merzouki s’est rappro­ché d’Adrien Mondot et Claire Bardainne. Ultra-doués, ces créa­teurs d’images numé­riques, où le corps trouve sa place avec poésie, se sont prêtés au jeu du croi­se­ment des arts. Le défi était de taille : conce­voir un spec­tacle simple et épuré comme un Pixel, où la danse et le numé­rique deviennent de véri­tables parte­naires. C’est ce dialogue entre mouve­ments réels et paysages virtuels qui est donné à voir. Inter­prètes hip-hop et circas­siens évoluent sur un plateau en trois dimen­sions où l’illu­sion règne en maître. Ils traversent des univers impal­pables, composent avec des images qui entravent leurs mouve­ments et s’aven­turent au-delà du réel. Fasci­nant.

Blan­dine Dauvi­laire