Voilà un conte de Noël réjouis­sant qui nous vient direc­te­ment de Norvège. À quelques jours du réveillon du 25 décembre, la petite ville de Pinch­cliffe attend la neige avec impa­tience : les enfants pour faire du ski, les adultes pour s’équi­per, Solal pour essayer sa nouvelle luge, le lapin blanc pour pouvoir se cacher, etc. Et le direc­teur du jour­nal local, qui l’an­nonce depuis long­temps, l’at­tend encore plus que les autres ! L’in­gé­nieux Feodor met alors au point un canon à neige ultra­puis­sant dont le jour­na­liste s’em­pare. Mais la machine s’em­balle et Pinch­cliffe court à la catas­trophe. Y aura-t-il trop de neige à Noël ? 

Inspiré par l’uni­vers de Kjell Aukrust, célèbre illus­tra­teur norvé­gien, cette aven­ture de Noël, très riche en rebon­dis­se­ments, offre pour une fois une belle histoire origi­nale et déca­lée aux enfants. Drôle, dyna­mique, repo­sant sur des person­nages bien typés et sur des gags très rigo­los, ce film plein d’en­train et de chaleur est la nouvelle réali­sa­tion de Rasmus A. Siver­ten. On lui devait déjà les aven­tures de Ploddy, la voiture élec­trique mène l’enquête. Là encore, le cinéaste aborde un sujet qui lui tient à cœur – le dérè­gle­ment clima­tique – et en profite pour sensi­bi­li­ser tout en les amusant les plus jeunes à l’éco­lo­gie. Bien fait ! 

Véro­nique Le Bris