Cora­line, dite Coco pour les intimes, a de la gouaille et une passion chevillée au corps pour le vintage. « J’adore porter des vête­ments qui ont une histoire et leur donner une seconde vie. L’idéal avec les vête­ments des années 60 et 70, c’est de les accom­mo­der à sa sauce en les assai­son­nant avec des vête­ments d’aujourd’­hui ». En août dernier, Coco a réalisé un vieux rêve en repre­nant une fripe­rie. Son idée : propo­ser des vête­ments et acces­soires qui fassent fi de la flam­bée des prix de la folie vintage. Sa clien­tèle ? Coco se réjouit de la voir réso­lu­ment variée. Il y a bien sûr les mordus du vintage venus déni­cher le chemi­sier si bien coupé des années 60, le pull pailleté années 80, la veste Adidas 70’s pour les hommes ou le blou­son en cuir. Mais la clien­tèle compte aussi de simples amateurs de jolis chapeaux ou de fripes pas trop chers. Sans oublier­ceux qui ont envie de faire sensa­tion, le temps d’une soirée, avec une robe « bling bling » années 80. La boutique propose même quelques vête­ments pour les enfants, à l’ins­tar de la veste de foot 70’s ou de la robe bava­roise à fleurs brodée, ambiance Fête de la bière à Munich. On adooo­re…

Aude Spil­mont, janvier 2011