Remettre en avant l’es­prit liber­taire de Jacques Prévert. Voilà ce qui a guidé 13 jeunes réali­sa­teurs, tout juste sortis des pres­ti­gieuses écoles d’ani­ma­tion française, pour réali­ser un court métrage de 3 minutes qui illustre un poème de Prévert de leur choix. 

En sortant de l’école est un programme inno­vant qui donne une chance à de nouveaux talents et qui promeut la variété de leurs styles et de leurs univers créa­tifs. Les Belles Familles joue sur l’hu­mour, Le gardien du phare aime trop les oiseaux offre une palette de couleurs magni­fiques, L’École des beaux-arts, un dessin japo­ni­sant et Presque, un quasi noir et blanc, aux beaux dégra­dés de gris. 

Les enfants se recon­naî­tront sans doute plus dans l’oni­rique et fort coloré En sortant de l’école, chanté par Renan Luce, dans la chatoyante Page d’écri­ture ou dans L’Âne dormant, qui tâche de couleurs vives les carreaux d’un cahier d’éco­lier. Plus adulte, Je suis comme je suis se rapproche, par son fin trait noir, à peine colo­risé, des dessins de Breté­cher.

Tant de forêts, sur un poème peu connu de Prévert, mise sur de très beaux dessins graphiques, colo­rés et jouant de trans­pa­rence. C’est l’un des plus réus­sis, bien que l’en­semble soit une occa­sion idéale de redé­cou­vrir la prose de Prévert. 

Véro­nique Le Bris