Voilà la nouvelle saga qui devrait séduire en masse les adoles­cent(e)s. Après une guerre parti­cu­liè­re­ment destruc­trice, la vie à Chicago a changé. Sa popu­la­tion est désor­mais répar­tie en 5 factions. Pour Béatrice, c’est le grand jour. À 16 ans, elle va choi­sir demain la faction à laquelle elle appar­tien­dra. Élevée chez les Altruistes, elle se vit comme une Auda­cieuse, cette sorte de milice interne qui doit proté­ger tous les habi­tants de Chicago. Elle rompra alors défi­ni­ti­ve­ment avec sa famil­le… Pour­tant, les tests auxquels on la soumet sont loin d’être concluants : elle est une Diver­gente, une espèce qu’au­cune faction ne recon­naît et dont tous se méfient. Mieux vaut donc que personne ne le sache… mais combien de temps pourra-t-elle dissi­mu­ler sa vraie nature ? 

La force de Diver­gente est de mêler l’aven­ture person­nelle de cette jeune femme avec le destin de la cité où elle habite. Du coup, on est immé­dia­te­ment plongé au cœur d’une ville fami­lière, mais si meur­trie qu’elle s’est dotée d’une orga­ni­sa­tion ultra-ration­nelle pour renaître de ses cendres. Ce mélange entre réalité et légère anti­ci­pa­tion fait rapi­de­ment prendre conscience du danger de la déviance. Mais aussi de sa néces­sité. Portée avec brio par la jeune Shai­lene Woodley, ce premier épisode se laisse regar­der avec inté­rêt, malgré quelques longueurs de scéna­rio. On attend même la suite avec impa­tien­ce… 

Véro­nique Le Bris