Présenté en solo dans le cadre du festi­val La Maison sens dessus dessous, ce jeune jongleur-danseur explore le champ des sensa­tions ultimes, quand la vie se retire au profit du souve­nir. Mouve­ments sacca­dés ou fluides à la manière du hip-hop, balles qui fusent et glissent dans l’ombre, ce spec­tacle épuré s’aven­ture aux confins du jonglage, là où ne reste que l’em­preinte du geste, comme dans un songe.

Blan­dine Dauvi­laire