Émile, un jeune garçon intré­pide, habite avec ses parents et sa petite sœur dans une ferme. Son père est sévère, souvent injuste, et le punit dès qu’il fait une bêtise. Le garçon­net, rési­gné, a pris l’ha­bi­tude de se réfu­gier dans une grange et d’y sculp­ter du bois. Mais surtout pas de se calmer. 

Chro­nique d’un enfant pas très sage et de sa vie à la campagne, ce dessin animé suédois est d’un clas­si­cisme bon teint. Son dessin aux traits nets et aux couleurs franches est très tradi­tion­nel et ses person­nages évoluent lente­ment sur des décors fixes.

Même s’il traite d’un sujet déli­cat – Émile est souvent enfermé par son père et parfois injus­te­ment, sans pouvoir ni vouloir sortir de sa grange -, le film le fait sur un ton badin, presque anodin qui fait plus sourire qu’il ne fait mal au cœur. 

À prendre donc comme une plai­san­te­rie vécue par un gamin malchan­ceux plus que comme une maltrai­tance. Mais du coup, cette paren­thèse d’une enfance campa­gnarde manque de profon­deur, de subti­lité et pour tout dire, d’in­té­rêt. Mieux vaut donc y emme­ner les petits passion­nés par la vie d’une ferme. 

Véro­nique Le Bris