C’est la guerre, celle de 39–45, vue par Louis Cala­ferte. Il a onze ans, il raconte avec humour et sarcasme son quoti­dien, les événe­ments, les discus­sions des personnes qui l’en­tou­rent…